Présentation de l’oeuvre

Shutendôji no e. Smith-Lesouëf japonais K 13 (1). BnF

Shutendôji emaki 酒呑童子絵巻: Rouleau du Jouvenceau buveur.

Au début du XVIe s., Kanô Motonobu, peintre fondateur du style de l’école Kanô, réalise les peintures de trois rouleaux relatant ce récit merveilleux, à la gloire de la classe guerrière.
L’œuvre prend pour scène la ville de Kyôto au Xe siècle : à la suite d’enlèvements de jeunes filles par le démon Shutendôji, l’empereur dépêche le guerrier Minamoto no Raikô 源頼光 et ses vassaux pour terrasser l’ogre.
Les rouleaux peints par Motonobu alternent longs paysages, terribles scènes d’anthropophagie et combats sanglants. Ils donneront lieu à de nombreuses copies, grâce auxquelles l’œuvre connaît une grande diffusion tout au long de l’époque d’Edo (1603-1868).
L’original de Motonobu est conservé au Musée Suntory de Tokyo. La BnF conserve deux versions de l’œuvre de style très différents l’une de l’autre (rouleau 1 : Japonais 5387 XVIIe s., rouleaux 2-3 : Smith-Lesouëf japonais K 13, XVIIIe s.).

La parenté formelle et historiographique avec le rouleau du Shuhanron emaki, l’importance de cette œuvre dans le paysage artistique de l’époque de Muromachi, ont amené le groupe de recherche à faire de fréquentes comparaisons avec le Shutendôji emaki.

Une traduction du texte intégrale est publiée dans : Sieffert, René, le Livre des Contes, Paris, POF, 1993 (Collection Tama)