Mission Japon (Juillet 2011) : Compte-rendu

Compte rendu de la mission au Japon
dans le cadre du plan triennal de recherche
« Manuscrits et images au Japon dans les collections françaises »
du 24 au 31 juillet 2011

Cette mission s’insère dans le cadre du plan triennal de la recherche de la BnF intitulé « Manuscrits japonais à peintures », portant en 2010-12 sur le Shuhanron emaki (Japonais 5343), ou Rouleau peint sur les mérites comparés du saké et du riz. Les objectifs de ce séjour au Japon étaient multiples :

  • poursuivre sur place le travail de comparaison amorcé en France entre les différentes copies du Shuhanron emaki
  • réaliser une couverture photographique intégrale de l’ensemble des œuvres consultées
  • organiser sur place des rencontres avec les chercheurs japonais associés de longue date au travail de l’équipe

 Dans la perspective de ces différents objectifs, le programme de la mission s’est établi comme suit :

  • Mardi 26 juillet : examen au Chadô Shiryôkan (Kyôto) d’un Shuhanron emaki de l’époque d’Edo, et d’une version non publiée , monochrome de cette œuvre avec des annotations manuscrites (indications des couleurs, des motifs)
  • Mercredi 27 juillet : le matin, examen du Shuhanron emaki conservé au Seikadô bunko (Tôkyô)
  • Jeudi 28 juillet :
    • le matin : examen au Musée national de Tôkyô (Tôkyô kokuritsu hakubutsu-kan) de deux rouleaux appartenant au Bunkachô (Agence de la Culture) : un manuscrit datant du XVIe s., actuellement le plus ancien connu, et une version monochrome et annotée à l’encre datant du début du XIXe s., non répertoriée;
    • l’après-midi : examen de rouleaux faisant partie des collections du Musée national de Tôkyô ayant un lien direct ou indirect avec le Shuhanron emaki de la BnF : une version du Shuhanron emaki par Kanô Tadanobu (1823-1880), qui semble être une copie exacte du rouleau de la BnF ; la seule copie existante du Shakadô engi emaki (XIXe s.), d’après les peintures de Kanô Motonobu, auteur vraisemblable de l’original du Shuhanron emaki ; le Koga ruijû (1795-1829), répertoire de motifs documentaires extraits de plusieurs centaines de rouleaux, dont le Shuhanron emaki ; et le Tsuna emaki (XVIe s.) comprenant des scènes de repas ; puis consultation à la bibliothèque de l’Institut national de la recherche sur le patrimoine de Tôkyô (Tôkyô kokuritsu bunka-zai kenkyû-jo) d’une version monochrome et annotée du Shuhanron emaki datant de la fin du XVIIIe s. (œuvre non répertoriée).

Au cours de cette semaine, nous avons ainsi pu consulter sept manuscrits différents du Shuhanron emaki. L’intérêt des institutions pour notre recherche s’est traduit par la mise au jour de copies non répertoriées ou non publiées, qui ont apporté de nouveaux éléments à nos analyses. La comparaison de ces manuscrits a permis de dégager de nombreux résultats, du point de vue codicologique et pictural, du point de vue de l’iconographie des mets, et également du point de vue philologique. En sont ressorties les conclusions suivantes : 

  • Il existe deux grands groupes pour la représentation picturale du récit, désignés selon  l’école artistique d’appartenance du peintre – supposé – de l’original : les versions dites Tosa et celles dites Kanô ; cette distinction a été établie dans les années 1990 par Namiki Seishi, mais l’examen du manuscrit du Seikadô bunko (version Tosa), dont il n’existe aucune reproduction photographique intégrale et qui n’a fait l’objet d’aucun article de fond, nous a conduit à penser que leurs liens devaient être reconsidérés ;
  • Le manuscrit du Bunkachô ne semble pas être une œuvre de Kanô Motonobu, mais la copie d’un original perdu, peint par Motonobu ; il reste toutefois l’œuvre la plus ancienne ayant subsisté ; l’étude des relations entre les copies qui en dérivent directement ou indirectement (27 copies recensées à l’heure actuelle) s’avère très délicate. Nous pouvons d’ores et déjà envisager l’existence d’un Shuhanron emaki originel ; les copies ultérieures dessineraient plusieurs groupes, suivant les oublis, les erreurs de copie, les ajouts ou les emprunts simultanés à différentes sources ;
  • Trois points se dégagent concernant le positionnement du manuscrit de la BnF : le manuscrit de la BnF n’est pas une copie directe du manuscrit du Bunkachô, mais provient d’une autre lignée ; il reste toutefois, parmi les copies consultées, l’un des plus fidèle aux manuscrits les plus anciens (Bunkachô, esquisse à l’encre du Chadô shiryôkan), et l’un des manuscrits à la facture la plus aboutie ;
  • Il faut enfin souligner la présence importante des versions monochromes (dessins à l’encre) comportant des indications de couleurs et de motifs, dont plusieurs exemples ont été découverts lors de cette mission ;
  • Du point de vue philologique, le texte calligraphié dans les différentes versions varie peu : on ne comptait avant la mission que deux lignées bien distinctes qui ne semblent pas recouvrir les deux lignées picturales, puisque tous les manuscrits à l’exception d’une copie conservée dans une collection particulière présentaient le même texte avec des variantes de détail. La mission a permis de découvrir un manuscrit (Chadô shiryôkan) dont les leçons présentent des différences significatives et de renouveler l’approche établie jusqu’à présent dans ce domaine, en suggérant l’existence d’une troisième lignée manuscrite. Se pose enfin le problème de savoir quel texte accompagnait le manuscrit BnF avant la soustraction des feuillets calligraphiés. Il est probable que ce texte était identique à celui du manuscrit conservé au Musée national de Tôkyô, dont les peintures semblent être un décalque de celles de la BnF.

Participations à des colloques : année 2010-2011

  • Mars 2011 :

Résumé de la conférence de Véronique Béranger sur la mission à l’Université de Nagoya : présentation du projet Shuhanron emaki au colloque international réalisé avec le soutien dela Fondation du Japon « Les études japonaises ici et ailleurs », Université de Nagoya et Iwase bunko, 4-6 mars 2011.

 Véronique Béranger a présenté l’objectif général du programme « Manuscrits japonais à peintures », dans le cadre du plan triennal dela BnF: promouvoir l’étude et la connaissance des manuscrits illustrés japonais conservés dans les collections publiques françaises.

 Elle a insisté sur l’originalité de ce projet, qui réside dans son caractère collectif et pluridisciplinaire : plusieurs approches concurrentes sont en effet nécessaire pour rendre compte de la complexité de cette œuvre ; philologique, anthropologique, iconographique et stylistique. Les résultats des recherches dans les différents domaines ont été avancés, ainsi que plusieurs questions fondamentales restées en suspens : quelle serait la signification d’une telle accumulation de mets : une utopie de l’abondance, une vision réconciliée de la société ou une liste encyclopédique à visée didactique ?

S’en est issu un échange fructueux sur l’interprétation des différences entre les copies, leur importance pour déterminer la nomenclature des aliments dans la description documentaire du rouleau, la signification des liens entre les classes sociales représentées dans le rouleau et les sectes religieuses mentionnées dans le texte, la secte Tendai étant bien conçue comme une conciliation de l’Amidisme et de la secte du Lotus.

 

Résumé de la conférence d’Itô Nobuhiro, « Les rouleaux du Shuhanron emaki conservés hors du Japon : l’exemple du manuscrit de la Bibliothèque nationale de France », au colloque international réalisé avec le soutien de la Fondation du Japon « Les études japonaises ici et ailleurs », Université de Nagoya et Iwase bunko, 4-6 mars 2011.

Itô Nobuhiro a présenté le rouleau du Shuhanron emaki  en insistant sur sa valeur documentaire pour l’histoire de l’alimentation à l’époque de Muromachi.

Il a éclairé la création de cette œuvre par une explicitation du contexte historique de la fin des guerres civiles, a relié le texte du manuscrit, dont l’auteur reste inconnu, au genre des ronsômono (littérature mettant en scène deux adversaires dans une joute verbale).  

Il s’est penché tout particulièrement sur la scène du triage du riz,  et a tenté d’expliquer l’iconographie de cette scène dans le manuscrit de la BnF, notamment l’emploi des baguettes de grande longueur, par le type de riz utilisé ; il s’agirait selon lui en effet du taitômai, qui se trie après étuvage, alors qu’il a encore sa balle.

Il a ensuite abordé le travail d’identification des aliments, commencé en 2010, en se référant ici au texte même du manuscrit pour résoudre les problèmes.
 

  • Avril 2011 :

Compte-rendu de Claire-Akiko Brisset sur son intervention « Food Imagery and Parody in 16th Century Japan: About the Shuhanron Emaki (The Illustrated Scroll of the Sake and Rice Debate) », à l’AAS, ICAS Conference, Honolulu, du 31 mars au 3 avril 2011 :

Cette intervention a permis de faire connaître le travail engagé sur le Shuhanron auprès d’un public international et majoritairement anglophone. Elle a cherché à valoriser les grands axes thématiques de la recherche en insistant sur les points les plus susceptibles d’intéresser les spécialistes de l’histoire de l’alimentation.

Trois aspects importants ressortent de ce travail de synthèse, des discussions qui ont suivi le panel (commentaires de Jordan Sand) et des échanges lors de cette séance de l’atelier : 1) la question de la représentation de Kôhan dans le rouleau ; 2) le décalage apparent entre la configuration proposée par le texte (corps social / prédilection culinaire / affiliation religieuse) et ce qu’on peut aujourd’hui percevoir de la réalité de l’époque, ce qui conduit à travailler sur une certaine autonomie du texte et des images comme discours (synthèse en cours de rédaction) ; 3) l’opposition la plus nette ne se joue pas entre le saké et le riz, mais entre deux formes différentes d’excès (voie du saké, voie du riz) et la vertu de modération représentée par Nakanari.

Résumé de l’intervention disponible sur le site de l’AAS :

“Food Imagery and Parody in 16th Century Japan: About the Shuhanron Emaki (The Illustrated Scroll of the Sake and Rice Debate)”
Claire-Akiko Brisset, Universite Paris Diderot, France

Displaying four paintings depicting banquets and kitchen scenes, Shuhanron emaki illustrates a debate about different types of food, behind which may hide a religious dispute. Quite famous among specialists of Japanese food history and culture for its documentary value, this scroll most probably dates to the first half of the 16th century; but its anonymous text has not yet been much discussed and it raises hermeneutical issues.

Beyond the obvious food-centered theme, four main attempts of interpretation have been recently proposed for this work. Namiki Seishi contends that the scroll is a metaphoric transposition of the religious and social context of early 16th century Japan. Watanabe Takeshi examines the historical background and makes the assumption that the paintings actually deny the religious conflicts and the terrible economic climate of that time by depicting an idealized, wealthy and placated Muromachi society. Tokuda Kazuo emphasizes the parodic nature of the text; and Miyakoshi Naoto among others draws attention to the discrepancy between the content of the Shuhanron text and the illustrations.

My paper will focus on the text in its literary aspects and attempt to determine its discursive strategy from a typologic point of view in comparison to other Muromachi works, genres (ronsômono, tokumono, etc), and plausible Chinese models. This should shed new light on the problematic disjunction between a mainly parodic text (Tokuda), its utopian paintings (Watanabe), and on the food and banquet imagery as figured in the scroll.

Annonce de mission : Japon, juillet 2011

Un séjour d’étude de manuscrits au Japon est prévu pour la seconde moitié du mois de juillet 2011, du 24 au 31 . Cette mission durerait une semaine, et porterait en priorité sur les documents suivants:
                    – Shuhanron emaki du Bunkachô ;
                    – Shuhanron emaki de Seikadô bunko ;
                    – Shuhanron emaki de la Kokkai kokuritsu toshokan ;
                    – Shuhanron emaki du Chadô shiryôkan à Kyôto ;
                    – Shutendôji emaki du musée Suntory ;

Est prévue également une journée d’étude préparatoire en vue de l’organisation du workshop d’octobre 2011 avec le professeur Komine Kazuaki (U. Rikkyô) et son équipe.

Dublin, 28-30 avril 2010 : compte-rendu de mission

Compte-rendu des observations faites au cours de la mission

Nous avons principalement concentré nos recherches sur deux œuvres : le Shuhanron emaki (« rouleau des mérites comparés du saké et du riz »), objet d’étude actuel de notre atelier dans sa version BnF, et le Ôeyama emaki (« rouleau d’Ôeyama »), une autre version du Shutendôji emaki (« rouleau du Jouvenceau Buveur ») de la BnF.

Avec l’aide précieuse d’autres membres de l’atelier ayant également fait le déplacement (Matthias Hayek et Claire-Akiko Brisset (U. Paris-Diderot/CRCAO) ; Estelle Leggeri-Bauer et Christophe Marquet (CEJ/INALCO)), nous avons pu dégager les observations suivantes :
 

  • Concernant le Shuhanron emaki :

Celui de la Chester Beatty Library est visuellement très proche de la version BNF, mais présente tout de même un certains nombres de particularités intéressantes.

– Il donne l’impression d’être plus ancien que celui de la BNF. Probablement a-t-il été réalisé au début de l’époque Edo.

– Contrairement à celui de la BNF qui ne possède aucune calligraphie, ce rouleau est complet : il comporte une alternance d’images et de texte.

– Le papier servant de fond au rouleau est entièrement recouvert d’or, les contours des figures sont également repassés d’or, et l’on trouve plusieurs occurrences de peinture argentée. La commande provenait donc probablement d’un riche client.

– Les couleurs y sont aussi plus contrastées, et beaucoup plus sombres, notamment dans le cas des noirs qui semblent avoir été colorés à la laque. Les bleus et verts foncés réalisés à base d’azurite et de malachite sont excessivement épais, d’apparence très granuleuse.

– En contrepartie, les visages des divers personnages sont nettement moins détaillés et expressifs que dans le manuscrit de la BNF.

– La plupart des motifs sur éventails, parois coulissantes ou cloisons, qui dans la version BNF étaient typiquement de style japonais yamato-e, sont ici remplacés par des dessins à l’encre (sumi-e) de style chinois. Une sobriété de motif, donc, qui contraste avec la richesse des pigments alentour.

– A plusieurs reprises, nous avons pu constaté que les scènes peintes étaient un peu plus longues que dans la version BNF.

– On note cependant de nombreuses erreurs de copie : des parois nouvellement crées, des plans horizontaux devenant verticaux, des aliments traités comme des objets … Ces observations, dans le cadre d’une étude comparée des différentes copies du Shuhanron emaki, sont particulièrement intéressantes.

En conclusion, cette comparaison nous a permis d’affiner la datation de l’exemplaire BNF, qui semble plutôt proche du XIXème siècle, et également de constater la très grande fidélité de cet exemplaire avec l’original conservé au Bunkachô, qui date du début du XVIème siècle.

  • Concernant le Ôeyama emaki :

– D’après les estimations des chercheurs japonais, cette copie daterait de l’époque Edo (XVIIème – moitié du XIXème siècle).

– Il s’agit cette fois encore d’une version complète : le texte est intact, et on compte bien trois rouleaux (contrairement à celui de la BNF, dont le premier rouleau comme le texte sont inexistants).

– Cette œuvre est elle aussi une copie de la version originelle réalisée par Kanô Motonobu entre 1522 et 1531, mais elle diffère grandement des autres copies, notamment celle de la BNF, par ses choix de représentations et son traitement graphique. La version de la BNF est beaucoup plus fidèle à son modèle.

– Les peintures sont dites de style Kanô dans le catalogue de la Chester Beatty Library, mais il n’y a aucun colophon susceptible d’affirmer cette théorie. Celui de la BNF possède lui un colophon, nommant clairement le peintre comme un membre de l’école Kanô.

– Les couleurs employées sont assez vives (bien que beaucoup moins agressives que dans les reproductions qui en sont faites dans l’ouvrage publié par Bensei), contrairement à celle du manuscrit BNF qui sont excessivement douces.

– En revanche, l’œuvre de la Chester Beatty Library offre de nombreuses scènes, inédites dans les autres illustrations de la légende, et qui présentent un intérêt anthropologique certain : par exemple, en section 1 de premier rouleau, nous pouvons observer une représentation du bien connu Abe no Seimei procédant à une divination à l’aide de bâtons ; plus loin, en section 3, c’est l’intérieur de la demeure de Minamoto no Yorimitsu qui nous est montrée, avec les écuries, les hommes préparant armes et armures …

– La représentation physique du démon Shutendôji lui-même est très particulière : il apparaît comme un homme d’une quarantaine d’année aux cheveux mi-longs blancs, chose tout à fait unique. D’ordinaire, il est représenté soit sous les traits d’un chigo (dans le Ôeyama ekotoba, manuscrits du XIIIème siècle) ou d’un homme d’âge mûr aux cheveux courts et noirs (dans le Shutendôji emaki de Kanô Motonobu et dans la version BNF).

 Pour finir, nous nous sommes très rapidement intéressés au Hyakki Yagyô zu, « illustrations du cortège nocturne des cent démons ». Par comparaison avec le manuscrit de la BNF nommé Pandémonium, tout d’abord, mais aussi pour observer les divers ustensiles de cuisine devenus démons qui y sont représentés. Il s’agit d’une œuvre très proche de la version BNF, mais qui se présente sous la forme d’une encyclopédie, avec le nom des créatures annoté à côté de chaque illustration.