Shuhanron : bibliographie alimentation

ABE Yoshio, Le décorticage du riz : typologie, répartition géographique et histoire des instruments à monder le riz,
éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Jane COBBI, « Le doux et le fort », Journal dagriculture traditionnelle et de botanique appliquée, no. 35, 1988, p.267-279
(disponible sous forme photocopiée au bureau de VB et SP)

Jane COBBI, « Dieux buveurs et ancêtres gourmands », L’Homme, no. 118, 1991, p.111-123
Le document est consultable sur Persée

EGO Michiko 江後迪子, 『信長のおもてなし : 中世食べもの百科』 東京 : 吉川弘文館, 2007

Christine GUTH,  « Important substitution, innovation and the tea ceremony in fifteenth- and sixteenth-century Japan », in Global design history, 2011
Télécharger l’article : Guth_2011

HAGA Noboru 芳賀登 et ISHIKAWA Hiroko 石川寛子 (eds), 『全集日本の食文化』 第6巻 「和菓子・茶・酒」 東京 : 雄山閣出版, 1996

HAGA Noboru 芳賀登 et ISHIKAWA Hiroko 石川寛子 (eds), 『全集日本の食文化』 第3巻 「米・麦・雑穀・豆」 東京 : 雄山閣出版, 1998

HAGA Noboru 芳賀登 et ISHIKAWA Hiroko 石川寛子 (eds), 『全集日本の食文化』 第2巻 「食生活と食物史」 東京 : 雄山閣出版, 1999

ITÔ Nobuhiro 伊藤信博, 「『酒飯論絵巻』に描かれる食物について ―第三段、好飯の住房を中心に―」, mai 2011
Télécharger l’article : ITO_Nagoya_2011

KUMAKURA Isao 熊倉功夫, 『日本料理の歴史』 東京 : 吉川弘文館, 2007

Michel MAUCUER, « Quand la distinction devient art, banques et festins au Japon du XVIème au XIXème siècle », Journal asiatique, tome 299, n°2, 2011, pp. 705-713. Disponible sur  http://poj.peeters-leuven.be/content.php?id=2141893&url=article (accès restreint sur abonnement)

NISHIYAMA Matsunosuke 西山松之助 et al., 『たべもの日本史総覧』 東京 : 新人物往来社, 1994

SAKURAI Shū 桜井秀 et ADACHI Isamu 足立勇, 『日本食物史 : 古代から中世』 上, 東京 : 雄山閣, 1999 (1re éd. 1934)

SASAKAWA Rinpû 笹川臨風 et ADACHI Isamu 足立勇, 『日本食物史 : 近世から近代』 下, 東京 : 雄山閣, 1999 (1re éd. 1934)

TAKEUCHI Yukiko 竹内由紀子、「宴会の料理文化に表出された類型性と個別性」 Standardization and Specialization on Culinary Culture of Banquet、『国立歴史民俗博物館研究報告』 第91集、2001/03、p.601-611 (disponible sous forme photocopiée au bureau de VB et SP)

HARADA Nobuo 原田信男、「中世における食生活の周辺-共食と支配をめぐる諸問題-」、『史学雑誌』、1984/03、p.314-334 (disponible sous forme photocopiée au bureau de VB et SP)

Charlotte VON VERSCHUER, Le riz dans la culture de Heian, mythe et réalité, Bibliothèque de l’Institut des Hautes Etudes Japonaises, 2003
Inventaire des plantes comestibles et indutrielles, téléchargeable avec l’autorisation de C. von Verschuer : Lexique_CVV

WANG Yushan 王玉珊 et WASHIO Kiyoshi 鷲尾紀吉、「中日文化の比較研究-中日の酒文化と習俗の比較-」、『中日学院大学社会システム研究所紀要』、2005/12、p.139-149 (disponible sous forme photocopiée au bureau de VB et SP)

Shuhanron : bibliographie de référence

Vous trouverez ici des références bibliographiques en lien avec l’œuvre étudiée. Certaines de ces références sont téléchargeables au format pdf. Attention : l’accès en est limité aux membres de l’atelier.

Documents complémentaires, pour information : Ouvrages commandés par la BnF 2010-2011
                                                                                                     notice Chester Beatty Library 2002

1. OUVRAGES DE REFERENCE

続群書類従完成会編 『群書解題』 第12巻, 東京 : 続群書類従完成会, 1987

MIYA Tsugio 宮次男 et al. (ed), 『角川絵巻物総覧』 東京 : 角川書店, 1995 (notice de SAKAKIBARA Satoru)

『日本古典文学大辞典』東京 : 岩波書店, 1983-85.

SAKAKIBARA Satoru 榊原悟, « Shuhanron emaki », in 『チェスター・ビーティー・ライブレリィ絵巻絵本解題目録—解題篇』 Tokyo: Kokubungaku shiryōkan / Bensei shuppan, 2002, p. 106–7

TOKUDA Kazuo 徳田和夫 (ed), 『お伽草子辞典』東京 : 東京堂出版, 2002

2. EDITIONS DU TEXTE

『中央大学国文』 n°6, 1963-3

HANAWA Hokinoichi 塙保己一 (ed), 『新校群書類従』 第15巻, 東京 : 内外書籍, 1929

HANAWA Hokinoichi 塙保己一 (ed), 『羣書類従』 第19輯, 続群書類従完成会校, 東京 : 群書類従完成会(酣灯社内), 1951 (368 : 酒食論)
Télécharger le document : Edition du texte Gunsho ruiju 1900

『室町時代物語大成』 第7, 東京 : 角川書店, 1979 (édition du 酒飯論 de la 国会図書館)

NAKANO Kōichi 中野幸一, 「別本 『酒飯論絵巻』 」, in 『早稲田大学教育学部学術研究. 国語・国文学編』 通号 35, 1986, p.15-22
Télécharger le document : Nakano 1986

YAMAGISHI Tokuhei 山岸徳平, 「三論絵詞とその本文」 『山岸徳平著作集 : 説話文学研究』 東京: 有精堂出版, 1972
Télécharger le document : Yamagishi 1972

3. ARTICLES ET CATALOGUES D’EXPOSITION

石井公成, 「酒と仏教とユーモア」 『禅文化』 第214号, 禅文化研究所, 京都, 2009-10, p. 67-72

石井公成, 「亀田鵬斎と 『仏説摩訶酒仏妙薬経』 」 『新潟県文人研究』 第12号, 越佐文人研究会, 2009-10, p. 46-55

Exposition 1996, Seikadô bunko bijutsukan, 『室町時代の絵画展 詩画軸・屏風・障壁画』 、静嘉堂文庫美術館、1996 p. 82-83 (illustration : exemplaire de Seikadô bunko)

Exposition 2005, Kyûshû kokuritsu hakubutsukan,Japan, country of beauty : 2005 inaugural exhibition 『美の国日本 : 開館記念特別展』 九州国立博物館, 福岡県, 西日本新聞社, 2005 (illustration : exemplaire du Bunkachô ?)

Exposition 2006, Tokugawa bijutsukan (Nagoya), 『絵で楽しむ日本むかし話 : お伽草子と絵本の世界』 名古屋 : 徳川美術, 2006. p. 31 (illustration : collection particulière)

Exposition 2006, Kyôto bunka hakubutsukan, 『京都文化博物館学芸課編. 京の食文化展 : 京料理・京野菜の歴史と魅力 : 身体にやさしい食のルーツ』 : The history and charm of Kyoto cuisine and vegetable : Traditional food culture in Kyoto. 京都, 京都文化博物館, 2006 (note : reproduction intégrale de l’exemplaire du Chadô shiryôkan)

KANÔ Hiroyuki 狩野博幸, 「『邸内遊楽図』の成立過程に関する試論」, in 学叢 no.8, 1987, 京都国立博物館
Télécharger le document : Kanô_1987

KUROKAWA Mayori 黒川眞頼, 『訂正増補考古畫譜』 東京 : 廣谷國書刊行會, 1925

MIYAKOSHI Naoto 宮腰直人,「酒反論絵巻の絵と言葉」, in 小峯和明 ,渡辺憲司編 『文学に描かれた日本の「食」のすがた : 古代から江戸時代まで』 東京 : 至文堂, 2008
Télécharger le document : Miyakoshi 2008

NAMIKI Seishi 並木誠士,「酒飯論絵巻考—原本の確定とその位置付け」 『美学』Aesthetics, 45-1, 1994, p. 64-74
Article disponible sur CiNii

NAMIKI Seishi 並木誠士, 「 『酒飯論絵巻』 と狩野元信」 『美術史』’ ‘Journal of the Japan Art History Society », 44-1, 1995, p. 79-94
Télécharger le document : Namiki 1995

NAMIKI Seishi 並木誠士, 「食風俗描写史・試論–絵巻物に見る食風俗」 『 国立歴史民俗博物館研究報告』 71, 1997, p. 713-728
Télécharger le document : Namiki 1997

NAMIKI Seishi 並木誠士, « A Study of the Shuhanron Emaki – Identification of the Original Kano School Version and Discussion of its Position within the History of Muromachi Painting », in Aesthetics (Bigaku, international edition), vol. 8, mars 1998, p. 37-50
Télécharger le document : Namiki_1998

NAMIKI Seishi 並木誠士,「近世初期風俗画の源流としての酒飯論絵巻」 『 藝術研究』 Annual review of Hiroshima Society for Science of Arts, 12, 1999, p. 1-13
Télécharger le document : Namiki 1999

SAKAKIBARA Satoru 榊原悟, 「真如堂縁起絵巻概説」 『続々日本絵巻大成—伝記縁起篇』 東京 : 中央公論社, 1994. vol. 5, 140–165
Télécharger le document : Sakakibara 1994 ZZNE 5 Shinnyodo

SANO Midori 佐野みどり et NAMIKI Seishi 並木誠士 (ed), 『中世日本の物語と絵画』 東京 : 放送大学教育振興会, 2004

WATANABE Takeshi, « Wine, Rice, or Both? Overwriting Sectarian Strife in the Tendai Shuhanron Debate », in Japanese Journal of Religious Studies, vol. 36-2, 2009, p. 259-278

TAMAMUSHI Satoko 玉虫敏子,「今月の表紙・口絵 酒飯論絵巻」 『茶道』 41(8), 1996, p. 62-65 (présente l’exemplaire du Seikadô bunko)

TODA Teisuke 戸田禎佑, EBINE Toshio 海老根聰郎, CHINO Kaori 千野香織 (eds), 「水墨画と中世絵巻」 『日本美術全集』 12, 東京 : 講談社, 1992 (illustration du rouleau conservé à présent au Bunkachô, notice de Sakakibara Satoru)

簗瀬大輔,「ロ絵 三論絵詞―群馬県立歴史博物館蔵品資料No89」 『群馬文化』 288号, 2006

SANPEI Harumi 三瓶はるみ、「日中の酒にまつわる論争について:『酒飯論』を中心に」、『大学院教育改革支援プログラム「日本文化研究の国際的情報伝達スキルの育成」活動報告書』、お茶の水女子大学 (2008/03) : 372-276 (téléchargeable sur la bibliothèque en ligne de l’université d’Ochanomizu)

KIN Bunkyô 金文京、「東アジアの異類論争文学」 『文学』 6-6 (2005/11) : 42-52

KOGAWA Mizumasa 古川瑞昌、「『酒茶論』の系譜」『風俗』12 (1974/05)

『Vesta : 食文化誌ヴェスタ』 73、特集:新 「酒飯論」、味の素食の文化センター (2009/Winter) ; notamment KUMAKURA Isao 熊倉功夫、「 『酒飯論』 とそれに続く上戸下戸論争」: 8-13
Télécharger l’article : Vesta_Kumakura_2009

4. EMAKI DE L’ECOLE KANÔ, PERIODE MUROMACHI

MORI Rie 森理恵, 「「真如堂縁起」にみる十六世紀初期の服飾の諸問題」, in 『仏教芸術』, no. 222, 1995
Télécharger l’article : Mori_1995

MURASHIGE Yasushi 村重寧, 「狩野派様式の成立とやまと絵 – 伝元信筆「釈迦堂縁起」の意義」, in Museum, no. 343, octobre 1979
Télécharger l’article : Murashige_1979

TSUCHIYA Maki 土谷真紀, 「「釈迦堂縁起絵巻」をめぐる一考察 – 第一巻・第二巻仏伝部分を中心に」, in 『美術史』, no. 163, octobre 2008
Télécharger l’article : Tsuchiya_2008

TSUCHIYA Maki 土谷真紀, 「研究資料 「程嬰杵臼豫譲絵巻」について, in 『國花』, no. 1355, septembre 2009
Télécharger l’article : Tsuchiya_2009

TSUCHIYA Maki 土谷真紀, 「初期狩野派絵巻の研究 – 「二尊院縁起絵巻」を中心に」, in 『鹿島美術研究』, no. 27, novembre 2010
Télécharger l’article : Tsuchiya_2010

Agenda : Atelier Shuhanron, dernière séance

Le séminaire Shuhanron, actif depuis 2010, touche à présent à sa fin.

Une ultime séance aura lieu ce mardi 25 septembre de 14h30 à 17h30, au Collège de France (52 rue du Cardinal Lemoine, Paris 5e), en salle Massignon (Rez-de chaussé).

Au programme :
– Sophie Piauger : Les liens iconographiques entre le Shinnyodô engi emaki et le Shuhanron emaki
– Julien Faury : la rhétorique du débat tripartite et le Shuhanron

Pour ceux qui le souhaitent, nous partagerons ensuite un verre dans un café du quartier pour célébrer la clôture du séminaire.

Agenda : calendrier des séances

  Le calendrier des séances, année 2011-2012 :

Lieu Groupe concerné Détails et/ou programme prévisionnel
21-oct Salle magistrale,
61 rue de Richelieu
Séminaire mensuel – compte-rendu de la mission au Japon en juillet 2011
– présentations des sujets des intervenants français pour les journées d’étude des 3-5 novembre prochains
– établissement du calendrier de l’année 2011-2012 et organisation du travail de l’année
– présentation des événements à venir
25-nov Salle magistrale,
61 rue de Richelieu
Séminaire mensuel – bilan des journées d’études des 3, 4 et 5 novembre derniers
– projet éditorial en français du groupe Shuhanron, pour 2012
– planning et organisation du travail de l’année
– comparaison du manuscrit du Seikadô bunko (lignée Tosa) avec les manuscrits de la lignée Kanô (principalement Bunkachô)
16-déc Fondation Maison des
Sciences de l’Homme
Séminaire mensuel – « La fabrication du saké : processus biochimique et procédé technique » par Yoshio Abe (EHESS)
– « Le rôle social et rituel du saké : Protocole, valeurs, dispositif matériel » par Jane Cobbi (CNRS-FMSH)
27-janv Salle magistrale,
61 rue de Richelieu
Séminaire mensuel – intervention d’Estelle Leggeri-Bauer sur la copie
– intervention de Véronique Béranger sur la position du manuscrit BnF
3-fév Salle magistrale,
61 rue de Richelieu
Groupe paratexte – 14h-17h
17-fév Salle des commissions
5, rue Vivienne
Séminaire mensuel – Véronique Béranger : le Nanpuku zukan 難福図巻 de Maruyama Ôkyo 円山応挙 (1768) et le Shuhanron emaki
– présentation du travail du groupe « Paratexte » par Claire-Akiko Brisset, et travail sur les annotations du manuscrit hakubyô  du Chadô shiryôkan
2-mars Salle des commissions
5, rue Vivienne
Groupe paratexte – 14h-17h
16-mars Salle des commissions
5, rue Vivienne
Séminaire mensuel – Shuhanron emaki : comparaison entre le texte du manuscrit Bunkachô et les images du manuscrit BnF
30-mars Salle des commissions
5, rue Vivienne
Groupe paratexte – 14h-17h
06-avr Collège de France,
52, rue du Cardinal Lemoine
Groupe texte – 10h-13h
– la réunion aura lieu dans la salle 451bis
13-avr Salle des commissions
5, rue Vivienne
Séminaire mensuel – Paul-Henri Bleu : commentaire sur les calligraphies des copies du Shuhanron emaki
– Examen du rouleau du point de vue de l’identification des aliments
21-mai Collège de France,
52, rue du Cardinal Lemoine
Groupe texte – 13h-16h
– la réunion aura lieu dans la salle 451bis
25-mai Salle des commissions
5, rue Vivienne
Séminaire mensuel – Michel Maucuer : les ustensiles dans le Shuhanron emaki
– Delphine Mulard : les peintures du Taiheiki emaki (Période d’Edo) et le Shuhanron emaki
08-juin Salle des commissions
5, rue Vivienne
Séance exceptionnelle – Sélection et cadrage de détails du Shuhanron emaki en vue d’une future publication
22-juin BnF
5, rue Vivienne
Séance exceptionnelle – 14h30-17h
– “Monstration” du rouleau du Shuhanron emaki au Professeur Kumakura
25-juin Institut National d’Histoire de l’Art, Salle Perrot
2, rue Vivienne
Conférence exceptionnelle – 15h-17h
– Conférence du Professeur Kumakura sur le Shuhanron, et questions-réponses
26-juin Maison de la Culture du Japon à Paris Conférence exceptionnelle – 15h-17h
– Conférence du Professeur Kumakura : « Vivre en symbiose avec la nature : l’esprit du thé au Japon »
– Réservations au 01-44-37-95-95
25-sept Collège de France,
52, rue du Cardinal Lemoine
Salle Massignon
Séminaire mensuel

– Sophie Piauger : Les liens iconographiques entre le Shinnyodô engi emaki et le Shuhanron emaki
– Julien Faury : la rhétorique du débat tripartite et le Shuhanron

Atelier mensuel 2011-2012 : compte-rendu des séances

 8e séance : vendredi 25 mai 2012

 Les ustensiles du Shuhanron emaki (M. Maucuer) : M. Maucuer a montré que la structure tripartite (deux personnages incarnant des opposés et un troisième prônant le juste milieu ou la conciliation des extrêmes) du Shuhanron apparaît également à travers les ustensiles représentés dans chaque scène.Lors du banquet de saké chez Nagamochi, les matériaux utilisés dénotent une grande solennité. Les plateaux sont en bois naturel, les coupes sont des kawarake (vaisselle d’argile non émaillée), c’est-à-dire des ustensiles le plus souvent associés aux offrandes rituelles, et synonymes de pureté. Les objets chinois sont peu nombreux et réservés à la décoration de la salle de réception.Chez Kôhan, les ustensiles représentés sont bien plus usuels. Les plateaux sanbô sont en bois vieilli pour les deux moines et seulement en bois naturel pour le chigo (fait qui pourrait peut-être s’expliquer par le fait que la secte Hokke mettait à l’honneur l’enseignement, d’où une vénération de l’élève ?). Il y a beaucoup de céladons et de céramiques chinoises en « bleu et blanc » dans la cuisine. Certains objets, comme la planche en laque naga-ita dans la salle de préparation du thé, sont bien trop luxueux dans ce contexte.Enfin, chez Nakanari, on associe la solennité avec une certaine décontraction. Les objets chinois sont nombreux et servent à la fois au service et à la décoration. La scène présente un mélange de céramiques, bois laqués, etc., parmi les plus beaux de l’époque Muromachi, et reflèterait les dernières innovations en matière de protocole de réception.

Le Taiheiki emaki et le Shuhanron emaki (D. Mulard) : D. Mulard s’est proposé de rechercher les similitudes visuelles entre le Taiheiki emaki, ensemble de rouleaux datant du 17e siècle, et le Shuhanron. Plusieurs scènes du Taiheiki ont en effet été directement inspirées de ce dernier. Un banquet arrosé, par exemple, présente les mêmes personnages que la scène de Nagamochi (convives, personnages dansants, musiciens, homme ivre soutenu par deux accompagnateurs…) ; ici, seule la disposition des plats a été changée, et les serviteurs masculins ont tous été remplacés par des femmes. Un peu plus loin, l’attitude de l’homme à demi étendu sur la véranda a été repris, mais le vomissement est remplacé par un saignement de nez, ce qui a entraîné d’autres modifications de détails: son vêtement n’est pas désordonné, et le chien attiré par les déjections a disparu. On retrouve également des groupes de personnages en attente devant la porte d’entrée d’une résidence, un motif qui n’est pas sans rappeler la section 1 du Shuhanron. Ces observations nous confirment que le Shuhanron emaki constituait une source importante pour représenter les scènes de banquet à l’époque d’Edo.

7e séance : vendredi 13 avril 2012

 Examen du Shuhanron emaki du pont de vue de l’alimentation : reprise des tableaux établis par le groupe alimentation avec Jane Cobbi.

  Commentaires sur les calligraphies des copies du Shuhanron emaki (P.-H. Bleu) : Cette étude s’est concentrée sur les textes des manuscrits illustrés du Bunkachô et de la Spencer Collection et sur ceux qui accompagnent les esquisses (funpon) du Chadô Shiryôkan et du Tôkyô kokuritsu bunkazai kenkyûjo. P.-H. Bleu a pu montrer par une comparaison très fine et très fouillée que chaque calligraphie avait sa propre singularité. Le texte du Bunkachô, par exemple, est tracé tout en rondeur, avec de grandes variations dans l’épaisseur du trait d’encre – et ce parfois dans un même caractère. De même, chaque fin de tracé, située le plus souvent après une particule, s’accompagne d’un léger sursaut en crochet. Les colonnes sont parfaitement alignées, avec des caractères très serrés et qui s’enchaînent très peu (séquence de 2 ou 3 caractères). Le calligraphe a mis un point d’honneur à bien occuper l’espace à sa disposition. Dans le manuscrit de la Spencer Collection, le tracé est beaucoup plus fin et bien plus anguleux. Les enchaînements de caractères sont longs, parfois même forcés, et l’on peut nettement voir l’épuisement de l’encre au fil de l’écriture. Le calligraphe utilise également bien plus de kanji.Sur le manuscrit du Tôkyô kokuritsu bunkazai kenkyûjo, au contraire, les caractères sont très isolés les uns des autres. Le calligraphe mélange plusieurs styles sans réelle logique : ainsi, les kana peuvent être tantôt très lisibles, tantôt si cursifs qu’ils ressemblent bien plus au kanji duquel ils sont issus. En conclusion, on peut constater des différences significatives d’un point de vue calligraphique, mais une étude plus approfondie est nécessaire pour interpréter ces différences touchant le style, le choix dans l’équilibre ou le ratio entre kanji et kana, etc. entre les manuscrits peints et les esquisses. Ce point est décisif concernant le rapport entre texte et image dans ces deux ensembles (primauté du texte sur l’image ou l’inverse).

Agenda : atelier Shuhanron, séance d’avril

En ce mois d’avril, notre habituelle séance plénière de l’atelier Shuhanron aura lieu le vendredi 13. Elle se tiendra en Salle des Commissions, site Richelieu de la BnF (5 rue Vivienne, 75002 Paris), de 14h à 17h.

Au programme :

– Exposé de Paul-Henri Bleu : commentaire sur les calligraphies des copies du Shuhanron emaki ;

– Examen du rouleau du point de vue de l’identification des aliments, avec Jane Cobbi.

Agenda : atelier Shuhanron, séance de mars

Ce mois-ci, la séance mensuelle de l’atelier de recherche aura lieu ce vendredi 16 mars, de 14h à 17h, en Salle des Commissions.

Dans la perspective de la publication, cette séance sera consacrée à la comparaison entre le texte et les images à la lumière des données rassemblées ces deux dernières années. Elle permettra aussi d’identifier les aspects restant à examiner avant la dernière ligne droite.

Il s’agira en premier lieu de procéder à une comparaison d’ordre général du texte de la version du Bunkachô avec les peintures de la version de la BnF (les grandes lignes de la composition, les orientations du discours). En second lieu, on fera une comparaison fine des termes apparaissant dans le texte afin de vérifier s’ils apparaissent ou non dans les images.

On tiendra également compte d’exemples de scènes apparaissant dans des emaki de l’époque de Muromachi.

Atelier Shuhanron : séance exceptionnelle

Dans la suite des Journées d’Etude Internationales « Eloquence du texte, Images en dialogue  » organisées du 3 au 5 novembre, à la Bibliothèque Nationale de France, et de l’Atelier de travail organisé le lundi 7 novembre à la FMSH,

Séance exceptionnelle du séminaire mensuel de recherche sur les manuscrits japonais, dans le cadre du plan triennal de la BnF, en collaboration avec le CEJ et le CRCAO

Le sake en images :
représentations des modes de vie d’après le manuscrit Shuhanron de la BnF

Vendredi 16 décembre
14h-18h
Maison des Sciences de l’Homme

 

 Programme :

1. « La fabrication du saké : processus biochimique et procédé technique »
par Yoshio Abe (EHESS)

2. « Le rôle social et rituel du saké : Protocole, valeurs, dispositif matériel »
par Jane Cobbi (CNRS-FMSH)

Avec la participation de Véronique Béranger (BNF), Claire-Akiko Brisset (Université Paris-Diderot), Estelle Leggeri-Bauer (Univ. Heidelberg)

Accès :
Fondation Maison des Sciences de l’Homme
190, avenue de France
75013 Paris
Salle 640

Métro : Ligne 6, station Quai de la gare ; Ligne 14, station Bibliothèque François Mitterrand
RER C : Station Bibliothèque François Mitterrand
Bus : Ligne 89, arrêt Quai de la Gare
Vélib : Station rue Fernand Braudel, à 50 m.

Entrée libre

Atelier mensuel 2010-2011 : compte-rendu des séances

  • 8ème séance : vendredi 24 juin 2011

La représentation des figures dans le Shuhanron emaki (E. Leggeri-Bauer)

L’analyse iconographique proposée par E. Leggeri-Bauer met en parallèle les représentations de figures humaines présentes dans le Shuhanron emaki et la production picturale de l’époque de Muromachi (15ème-16 ème siècles). Elle montre ainsi que le peintre a puisé ses sources dans des œuvres variées, sans lien direct avec les emaki, comme la peinture au lavis d’encre ou polychrome, d’inspiration chinoise et liée à un environnement monastique. On peut ainsi expliquer la représentation caricaturale du moine Kôhan, dont la bouche est grande ouverte et qui exhibe ses dents, par un emprunt à des figures chinoises (Hotei, Kanzan). Les visages expressifs, les crânes aux formes irrégulières et exagérées, ou, au contraire, les visages poupins et doux des différents moines, présentent des parentés formelles et iconographiques avec les représentations des arhats (jap. Rakan) dans les peintures chinoises et leurs adaptations japonaises. Ceci n’a rien d’étonnant si on considère que Kanô Motonobu (1476-1559), l’auteur présumé du prototype du Shuhanron emaki, a lui-même réalisé des œuvres de ce type-là comme les Seize arhats conservés au monastère Honpô-ji à Kyoto.

Dans un second temps, E. Leggeri-Bauer soulève la question de la typologie des copies en fonction de la compréhension que les peintres ont eu ou non, des sources employées par Motonobu. En effet, il semble que dans certaines copies, comme celle de la BnF, malgré les modifications apportées par le peintre au moment de la reproduction, les rapprochements avec les œuvres sources proposées plus haut peuvent être faits. Dans d’autres copies, au contraire, il apparaît que le peintre a moins bien compris les intentions du peintre du prototype (les ressemblances avec les œuvres sources sont moins pertinentes).

Le but de cet exposé est ainsi d’amorcer une réflexion sur le processus de la copie et de montrer qu’il ne peut être abordé uniquement dans une relation univoque entre deux pôles, d’un côté le prototype et de l’autre la copie, car cela revient à considérer le premier comme un objet isolé et le peintre comme un intermédiaire neutre. Ainsi, le processus de la copie ne peut pas se réduire à une approche linéaire, fondée uniquement sur des questions de relation univoque d’influence exercée ou de fidélité. Certes, le sens de l’observation et les capacités techniques du peintre copiste sont sollicités au cours de ce processus. Mais celui-ci fait également intervenir sa capacité à analyser le modèle et à repérer les sources auxquelles le peintre du prototype avait fait appel.

Il convient à présent de poursuivre ce travail en l’étendant à toutes les figures apparaissant dans le Shuhanron emaki.

– Honkoku de la section 4-3 (lignes 223 à 240) (C.-A. Brisset)

– Traduction de la section 4-3 (lignes 223 à 240)

  • 7ème séance : vendredi 27 mai 2011

 – Compte-rendu sur la mission à l’Université de Nagoya : présentation du projet Shuhanron emaki au colloque international 国際シンポジウム 34~6() 「日本研究における内外の視点」岩瀬文庫·名古屋大学大学院国際言語文化研究科共催 (V. Béranger) : lors de son séjour au Japon, Véronique Béranger a pu consulter plusieurs autres copies du Shuhanron emaki :
     – Musée national de Tôkyô : copie Tosa A 2810 , copie Kanô A 2779, qui est très fidèle au mss BnF
     – Bibliothèque de la Diète : copie Tosa  本別7-565, copie Kanô sans texte 本別10-39, copie Kanô -89 ; cette dernière est une réplique de la copie du Musée national  de Tôkyô
     – Iwase Bunko : cahier avec peintures à l’encre noire et texte comprenant des annotations en rouge.
Après avoir fait un relevé sommaire des différences de copie, il semble difficile de continuer à attribuer au manuscrit du Bunkachô la position d’œuvre originale : les différences avec les autres copies, et la cohérence de ces copies entre elles, tendrait à faire penser qu’il existe une œuvre antérieure au manuscrit du Bunkachô, dont celui-ci s’écarterait par endroits. Le rouleau de la BnF appartiendrait ainsi à une branche de copies assez fidèles (la précision du manuscrit conduit à cette hypothèse, qui est invérifiable en l’état de la documentation), avec quelques omissions (chapelet de Kôhan en S1 … , pied du cuisinier en S4).  Le manuscrit du Bunkachô appartiendrait à une seconde branche présentant des oublis différents (troisième rang de pins et barbe de l’homme tenant la longe du cheval en S1 …), elle-même dérivant peut-être de copies antérieures comportant une ou plusieurs de ces lacunes ou différences.
La copie de l’Iwase Bunko présente, elle, un intérêt tout particulier : elle a été annotée par le copiste, le kokugakusha Saitô Hitomaro (1768-1854).

 

– Compte-rendu de Claire-Akiko Brisset sur son intervention « Food Imagery and Parody in 16th Century Japan: About the Shuhanron Emaki (The Illustrated Scroll of the Sake and Rice Debate) », à l’AAS, ICAS Conference, Honolulu, du 31 mars au 3 avril 2011 : cette intervention a permis de faire connaître le travail engagé sur le Shuhanron auprès d’un public international et majoritairement anglophone. Elle a cherché à valoriser les grands axes thématiques de la recherche en insistant sur les points les plus susceptibles d’intéresser les spécialistes de l’histoire de l’alimentation. Trois aspects importants ressortent de ce travail de synthèse, des discussions qui ont suivi le panel (commentaires de Jordan Sand) et des échanges lors de cette séance de l’atelier : 1) la question de la représentation de Kôhan dans le rouleau ; 2) le décalage apparent entre la configuration proposée par le texte (corps social / prédilection culinaire / affiliation religieuse) et ce qu’on peut aujourd’hui percevoir de la réalité de l’époque, ce qui conduit à travailler sur une certaine autonomie du texte et des images comme discours (synthèse en cours de rédaction) ; 3) l’opposition la plus nette ne se joue pas entre le saké et le riz, mais entre deux formes différentes d’excès (voie du saké, voie du riz) et la vertu de modération représentée par Nakanari.Résumé de l’intervention disponible sur le site de l’AAS :

Food Imagery and Parody in 16th Century Japan: About the Shuhanron Emaki (The Illustrated Scroll of the Sake and Rice Debate)”
Claire-Akiko Brisset, Universite Paris Diderot, France
 Displaying four paintings depicting banquets and kitchen scenes, Shuhanron emaki illustrates a debate about different types of food, behind which may hide a religious dispute. Quite famous among specialists of Japanese food history and culture for its documentary value, this scroll most probably dates to the first half of the 16th century; but its anonymous text has not yet been much discussed and it raises hermeneutical issues. Beyond the obvious food-centered theme, four main attempts of interpretation have been recently proposed for this work. Namiki Seishi contends that the scroll is a metaphoric transposition of the religious and social context of early 16th century Japan. Watanabe Takeshi examines the historical background and makes the assumption that the paintings actually deny the religious conflicts and the terrible economic climate of that time by depicting an idealized, wealthy and placated Muromachi society. Tokuda Kazuo emphasizes the parodic nature of the text; and Miyakoshi Naoto among others draws attention to the discrepancy between the content of the Shuhanron text and the illustrations. My paper will focus on the text in its literary aspects and attempt to determine its discursive strategy from a typologic point of view in comparison to other Muromachi works, genres (ronsômono, tokumono, etc), and plausible Chinese models. This should shed new light on the problematic disjunction between a mainly parodic text (Tokuda), its utopian paintings (Watanabe), and on the food and banquet imagery as figured in the scroll.
 – Informations concernant la mission au Japon de juillet 2011 : suite à la réponse du Bunkachô, la mission aura finalement lieu du 24 au 31 juillet. La consultation du Shuhanron emaki du Bunkachô se fera le 26, 27 ou 28 juillet.

– Poursuite du honkoku de la section 3-4, lignes 164 à 173 (P-H. Bleu)
– Fin de la traduction de la section 3-4, lignes 164 à 173 (A. Ferré)
  
  • 6ème séance : vendredi 29 avril 2011

Le Shuhanron et la rhétorique de la célébration (J. Pigeot) : Jacqueline Pigeot a tenté de resituer le Shuhanron dans la tradition des textes de célébration. Deux autres otôgi-zôshi contiennent des disputations où intervient le saké : le Shuhei-ron酒餅論 (saké contre mochi) et le Shusa-ron 酒茶論 (saké contre thé) ; or on note des allusions au thé et aux mochi dans le Shuhanron. Ces deux œuvres présentent certaines différences avec le Shuhanron : ce sont le saké, le mochi, le thé eux-mêmes, personnifiés, qui parlent ; la querelle aboutit à une lutte armée entre les deux adversaires, chacun ayant des alliés (parodie d’épopée) : l’éloge et le dénigrement n’en sont que des prologues (peut-être parodie des défis avant la bataille). Mais les deux textes ont plusieurs points communs avec le Shuhanron : chacune des deux parties procède par auto-célébration et dénigrement de l’adversaire ; on retrouve des arguments similaires, ainsi que des références à des faits passés : le mot tameshi (« exemple », « modèle », « illustration », fait qui sert de référence) est récurrent (cf. dans le Shuhanron la répétition de koto mo ari, etc.) ; même évocation des célébrations annuelles ; mêmes références au bouddhisme (dans ces deux otogi-zôshi, par la comparaison des procédés de fabrication du thé ou des mochi aux tortures de l’enfer) ; même procédé d’énumération (de crus de saké, de crus de thé, etc) ; présence du mot 威徳 (cf. dans le Shuhanron) : « vertu, excellence, prestige » ; même notion de ce qui est medetashi, omoshiroshi, imiji ; formule mashitaru mono zo naki (dans le Shuhanron : sugitaru mono zo naki) ; enfin, même réconciliation finale.
Dans plusieurs autres otogi-zôshi (sondage non exhaustif) figurent des éloges (sans disputation) plus ou moins longs : saké, thé, pin, amour des garçons, etc. Un récit (Fune no itoku) est entièrement constitué par la célébration des bateaux, avec de nombreuses et longues anecdotes. Presque tous ces éloges comportent les éléments dégagés plus haut, avec la présence du mot威徳 ou .
On peut faire remonter la tradition de l’éloge très haut, au moins à la Préface en kana du Kokin-shû avec l’éloge du waka (texte cité dans le Komachi no sôshi, introduit par l’expression uta no toku). Les célébrations apparaissent ensuite dans de nombreux genres, notamment dans les poèmes à chanter sôka早歌 (XIIIe siècle), où l’on a dénombré 69 pièces dites徳物 (dont un éloge du saké), avec accumulation d’ allusions et références (honsetsu 本説). Plusieurs sôka chantent les vertus de notions abstraites (対揚 : réalités ou notions opposées ; 上下 : haut et bas ; 十六 : le chiffre 16, etc) : or on retrouve à la fin du Shuhanron un semblable parti, avec l’éloge du (centre, juste milieu, moyenne). Le Shuhanron s’inscrit donc dans une nébuleuse de textes, qu’il faudrait étudier (voir aussi nô, kyôgen, épopée, etc.). C’est à la fois un topos littéraire et une clé pour réfléchir à l’importance de certaines notions dans la culture du Japon ancien : parler de choses fastes, les vanter, c’est attirer le bonheur. Réconcilier les adversaires, célébrer le juste milieu, c’est promouvoir la paix.

– Honkoku de la section 3-3, lignes 141 à 152 (M. Hayek)
– Traduction de la section 3-3, lignes 141 à 152 (J. Faury)

 

Shuhanron : contexte historique et religieux

ATKINS Paul, « Chigo in the medieval Japanese imagination », Journal of Asian Studies, 67, 2008, p. 947–970

IKEGAMI Eiko, Bonds of Civility: Aesthetic Networks and the Political Origins of Japanese Culture, Cambridge: Cambridge University Press, 2005

SOUYRI Pierre-François, Le monde à l’envers : la dynamique de la société médiévale, Paris : Maisonneuve et Larose, 1998

STONE Jacqueline, « Rebuking the enemies of the Lotus: Nichirenist exclusivism in historical perspective », Japanese Journal of Religious Studies, 21, 1994, p. 231–259

BERRY Mary Elizabeth, The Culture of Civil War in Kyoto, Berkeley, CA: University of California Press, 1994

ROBERT Jean-Noël, « La Disputatio bouddhique au Japon : de la dialectique au rituel », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 147e année, N. 2, 2003. pp. 621-646.
Article consultable sur Persée.

Groupe protocole : compte-rendu des séances

1ème séance : vendredi 14 janvier 2011

Participants : Estelle Leggeri-Bauer, Véronique Béranger, Claire-Akiko Brisset, Jane Cobbi, Sophie Piauger, Charlotte von Verschuer.

  • Le protocole du banquet (Charlotte von Verschuer)
    Bibliographie commentée consultable ici.
  • Etude des pistes bibliographiques : consultation de documents et sélection des documents utiles à la recherche concernant trois thèmes : 1) le protocole du banquet, 
                                                          2) l’alimentation,
                                                          3) les tenues vestimentaires.
  • Nécessité de former des groupes de travail sur ces différents points.

Atelier mensuel 2009-2010 : compte-rendu des séances

• 8e séance : vendredi 28 mai 2010

– fin du honkoku et traduction de la section 2-2 (Claire-Akiko Brisset)
– début du honkoku et traduction de la section 3-1 (Matthias Hayek)

• 7e séance : vendredi 16 avril 2010

Matin : séance de préparation pour Dublin

– Présentation du Hokekyô (Claire-Akiko Brisset)
– Présentation du Jittai waka jô (Estelle Leggeri-Bauer)
– Présentation du Hyakki Yagyô emaki (Matthias Hayek)
– Présentation du Shutendôji emaki (Sophie Piauger)
– Présentation du Shuhanron emaki (Véronique Béranger)

Après-midi :

– consultation de manuscrits : Shuhanron emaki et Shutendôji emaki
– suite du honkoku et de traduction de la section 2-2 (Claire-Akiko Brisset)

• 6e séance : vendredi 26 mars 2010

– repas et cuisines (Charlotte von Verschuer et Françoise Sabban)
– fin de traduction de la section 2-1 (Julien Faury)
honkoku et traduction de la section 2-2 (Claire-Akiko Brisset)

• 5e séance : vendredi 26 février 2010

Shutendôji emaki et Shuhanron emaki (Sophie Piauger)
– traduction de la section 2-1 (Julien Faury)

• 4e séance : vendredi 29 janvier 2010

– images de l’alimentation et leur fonction dans les rouleaux narratifs (Estelle Leggeri-Bauer)
– Ichijô Kaneyoshi/Kanera (Evelyne Lesigne-Audoly)
honkoku de la section 2-1 (Julien Faury)

• 3e séance : vendredi 18 décembre 2009

– traduction de la section 1 (Antonin Ferré)
– situation de la copie de la BnF par rapport à l’exemplaire du Bunkachô (Véronique Béranger)
Résumé de l’intervention : Veronique_Beranger18_Dec_09
– constitution du groupe de travail « vêtements et leurs motifs » (Estelle Leggeri-Bauer, Christine Shimizu, Sophie Piauger, Lionel Mérand)

• 2e séance : vendredi 20 novembre 2009

honkoku de la section 1 (Matthias Hayek)
– personnages et lieux dans le manuscrit de la BnF (Lionel Mérand)
Résumé de l’intervention : Lionel_Mérand_20_Nov_09
– la représentation des lieux dans les rouleaux narratifs (Estelle Leggeri-Bauer)

• 1re séance : vendredi 23 octobre 2009

– objectifs de l’atelier
– tour de table
– présentation du texte
– présentation du rouleau (structure, les 2 lignées de copies picturales)
– consultation du rouleau, comparaison avec les différents exemplaires, notamment celui du Bunkachô
– discussion sur les approches possibles et l’organisation du travail
Documents distribués : présentation générale, bibliographie, tableau des exemplaires, édition du texte dans Muromachi jidai monogatari taisei 7, texte d’introduction de l’exemplaire de la Spencer

Thèmes de travail possibles :
– les saisons, les végétaux, les motifs des vêtements
– thème des beuveries
– banquet, cuisine
– décors
– comparaison avec l’exemplaire du Bunkachô et avec d’autres copies proches
fûzokuga

Tableau des différents exemplaires du Shuhanron emaki

Vous trouverez sur cette page une série de tableaux faisant l’inventaire des divers exemplaires du Shuhanron emaki connus à ce jour. Attention : ces documents ne sont accessibles qu’aux membres de l’atelier de recherche.

tableau_exemplaires

Groupe alimentation : documents de travail

Ci-dessous, une série de tableaux recensant les différentes identifications auxquelles le groupe alimentation est parvenu. Attention : ces documents ne sont accessibles qu’aux membres de l’atelier de recherche.

Tableau alimentation – section 1
Tableau alimentation – section 2
Tableau alimentation – section 3
Tableau alimentation – section 4

Tableau objets de cuisine – section 1
Tableau objets de cuisine – section 2
Tableau objets de cuisine – section 3
Tableau objets de cuisine – section 4

Groupe alimentation : compte-rendu des séances

Descriptif des séances :

1ère séance : mardi 13 avril 2010

Participants : Estelle Leggeri-Bauer, Véronique Béranger, Jane Cobbi, Sophie Piauger.

•Identification des aliments et ustensiles en section 1 et 3

2ème séance : mardi 4 mai 2010

Participants : Estelle Leggeri-Bauer, Véronique Béranger, Claire-Akiko Brisset, Jane Cobbi, Michel Maucuer, Sophie Piauger, Maria Elena Raffi.

•Identification des aliments et ustensiles en section 2 et 3

3ème séance : mardi 1er juin 2010

Participants : Estelle Leggeri-Bauer, Véronique Béranger, Claire-Akiko Brisset, Jane Cobbi, Michel Maucuer, Sophie Piauger.

•Identification des aliments et ustensiles en section 4