Atelier mensuel 2009-2010 : compte-rendu des séances

• 8e séance : vendredi 28 mai 2010

– fin du honkoku et traduction de la section 2-2 (Claire-Akiko Brisset)
– début du honkoku et traduction de la section 3-1 (Matthias Hayek)

• 7e séance : vendredi 16 avril 2010

Matin : séance de préparation pour Dublin

– Présentation du Hokekyô (Claire-Akiko Brisset)
– Présentation du Jittai waka jô (Estelle Leggeri-Bauer)
– Présentation du Hyakki Yagyô emaki (Matthias Hayek)
– Présentation du Shutendôji emaki (Sophie Piauger)
– Présentation du Shuhanron emaki (Véronique Béranger)

Après-midi :

– consultation de manuscrits : Shuhanron emaki et Shutendôji emaki
– suite du honkoku et de traduction de la section 2-2 (Claire-Akiko Brisset)

• 6e séance : vendredi 26 mars 2010

– repas et cuisines (Charlotte von Verschuer et Françoise Sabban)
– fin de traduction de la section 2-1 (Julien Faury)
honkoku et traduction de la section 2-2 (Claire-Akiko Brisset)

• 5e séance : vendredi 26 février 2010

Shutendôji emaki et Shuhanron emaki (Sophie Piauger)
– traduction de la section 2-1 (Julien Faury)

• 4e séance : vendredi 29 janvier 2010

– images de l’alimentation et leur fonction dans les rouleaux narratifs (Estelle Leggeri-Bauer)
– Ichijô Kaneyoshi/Kanera (Evelyne Lesigne-Audoly)
honkoku de la section 2-1 (Julien Faury)

• 3e séance : vendredi 18 décembre 2009

– traduction de la section 1 (Antonin Ferré)
– situation de la copie de la BnF par rapport à l’exemplaire du Bunkachô (Véronique Béranger)
Résumé de l’intervention : Veronique_Beranger18_Dec_09
– constitution du groupe de travail « vêtements et leurs motifs » (Estelle Leggeri-Bauer, Christine Shimizu, Sophie Piauger, Lionel Mérand)

• 2e séance : vendredi 20 novembre 2009

honkoku de la section 1 (Matthias Hayek)
– personnages et lieux dans le manuscrit de la BnF (Lionel Mérand)
Résumé de l’intervention : Lionel_Mérand_20_Nov_09
– la représentation des lieux dans les rouleaux narratifs (Estelle Leggeri-Bauer)

• 1re séance : vendredi 23 octobre 2009

– objectifs de l’atelier
– tour de table
– présentation du texte
– présentation du rouleau (structure, les 2 lignées de copies picturales)
– consultation du rouleau, comparaison avec les différents exemplaires, notamment celui du Bunkachô
– discussion sur les approches possibles et l’organisation du travail
Documents distribués : présentation générale, bibliographie, tableau des exemplaires, édition du texte dans Muromachi jidai monogatari taisei 7, texte d’introduction de l’exemplaire de la Spencer

Thèmes de travail possibles :
– les saisons, les végétaux, les motifs des vêtements
– thème des beuveries
– banquet, cuisine
– décors
– comparaison avec l’exemplaire du Bunkachô et avec d’autres copies proches
fûzokuga

Journée d’étude, 18 juin 2010 : résumés et documents

Compte-rendu des interventions :

(Attention : ne sont publiés que les résumés ayant été au préalable validés par les intervenants eux-mêmes.)

Cette journée d’étude a permis de clore et de faire connaître les résultats de la première année d’existence de l’atelier de recherche sur le Shuhanron emaki, lancé depuis octobre 2009 et financé par le plan triennal de la BnF 2010-2012. Son organisation est née de l’effort conjoint des institutions suivantes : BnF, Université Paris Diderot/CRCAO, Inalco/CeJ, Université de Nagoya, musée Cernuschi et Maison des Sciences de l’Homme.

o Seconde intervention : Claire-Akiko Brisset (Université Paris Diderot), « Le texte du Shuhanron emaki »
L’exposé de Mme Brisset s’est en premier lieu éloigné du domaine des illustrations pour se concentrer sur le texte calligraphié du Shuhanron emaki. En l’absence de texte de l’exemplaire BnF et devant la parenté évidente de ses peintures avec le Bunkachô, il a été décidé de se consacrer à l’étude du texte supposé proche, voire identique, au texte disparu : celui du manuscrit du Bunkachô. Ce manuscrit n’a jamais été retranscrit ni édité au Japon et le travail effectué permettra une édition critique, qui servira de base à la traduction. Dans ce texte, la disputation se présente d’une manière tout à fait singulière : à la différence d’autres œuvres présentant des points de vue opposés, elle ne se présente pas sous la forme d’un combat parodique, ni même d’un dialogue animé, mais juxtapose avec méthode des points de vue. En outre, lorsque dans un second temps on met en regard texte et images, on constate que ces dernières ne sont pas la simple illustration du récit. Elles forment un champ de significations à part entière, qui se développe en parallèle aux éléments fournis par le texte ; une seconde trame, en quelque sorte, qui s’intéresse beaucoup plus, elle, aux scènes culinaires de la vie quotidienne.
Le Powerpoint de cette présentation est téléchargeable en bas de page, au format .pdf.

o Quatrième intervention : Charlotte Von Verschuer (EPHE), « L’évolution du protocole du banquet formel du XIIe au XVIe siècle, selon Harada Nobuo »
Charlotte von Verschuer a présenté la typologie du banquet, selon Harada Nobuo, Nihon no shoku bunka, Hôsô daigaku kyôiku shinkôkai, 2004

Daikyô ryôri, grand banquet, noblesse de cour, X-XIIe siècle
Shôjin 精進 ryôri, repas maigre (végétarien), milieu du Zen, XIII-XIVe siècle
Honzen 本膳 ryôri, plateau principal, élite guerrière, XIV-XVIe siècle
Kaiseki 会席 ryôri, banquet avec thé chakai, guerriers, sengoku 1467-1568 Ônin à Oda N.
Kaiseki 懐石 ryôri, collation autour de la cérémonie du thé 茶の湯, Genroku (1688-1704)

Pour Mme Von Verschuer, le Shuhanron emaki présente un catalogue de différents types de banquets : celui des moines, le banquet arrosé, et enfin le repas guerrier. En effet, les banquets n’étaient pas les mêmes suivant la classe sociale de l’hôte et des participants : un repas dit honzen, par exemple, était typique de la classe guerrière ; c’est celui que l’on peut observer en section 4 du rouleau qui nous intéresse. Les repas avaient lieu en plusieurs services (au nombre parfois indéfini), et le service se faisait sur des tables individuelles, dont la nature différait suivant le rang social de l’invité : un sanbô (plateau sur socle ajouré sur trois côtés), par exemple, était réservé aux invités de marque. Ce protocole est complexe, et il faudra l’étudier de près lors des prochaines séances de l’atelier afin d’interpréter de façon fine cet aspect du rouleau. La nécessité d’un article sur le sujet est apparue comme évidente.

o Cinquième intervention : Michel Maucuer (musée Cernuschi), « Les manières de tables dans le Japon des XVIe-XVIIIe s. »
L’exposé de M. Maucuer faisait, en un sens, écho à celui de Mme Von Verschuer. Après le protocole du déroulement des banquets, il a montré que les manières de table, à l’époque du Shuhanron emaki, étaient elles aussi codifiées et complexes. Pour le service, par exemple, il fallait suivre des règles strictes et le moindre détail comptait – jusqu’à la position des mains et la hauteur à laquelle l’on tenait le plateau. Ces manières ont été retranscrites dans des ouvrages imprimés, notamment à l’usage des femmes, à l’époque d’Edo (1603-1867). Ils forment une banque de donnée extraordinairement complète qui, mise en parallèle avec le Shuhanron emaki, nous permettraient de porter un autre regard sur cette œuvre.

Documents rattachés :

plaquette_de_présentation
présentation_Claire-Akiko_Brisset_18-06

Journée d’étude, 18 juin 2010 : présentation

Journée d’étude
Riz ou saké : faut-il choisir ? Images de l’alimentation dans le Japon du XVIe s. : le Shuhanron emaki (Rouleau sur les mérites comparés du saké et du riz)

Vendredi 18 Juin 2010
9h30-17h30

 

La BnF, le Centre d’études japonaises (Inalco) et le Centre de recherche sur les Civilisations de l’Asie orientale (CRCAO, UMR 8155) ont conjointement organisé au Musée Cernuschi le vendredi 18 juin 2010 une journée d’étude consacrée au Rouleau sur les mérites comparés du saké et du riz (Shuhanron emaki). Cette journée a été organisée dans le cadre du programme « Manuscrits japonais à peintures narratives de l’époque d’Edo au département des Manuscrits de la BnF et dans les collections publiques françaises », inclus dans le plan triennal de la recherche de la BnF 2010-2012. Elle constitue l’aboutissement d’une année de recherche collective, centrée sur la question de la représentation des mets, des ustensiles culinaires et des manières de table dans le Shuhanron emaki. Le manuscrit original remonte à l’époque Muromachi (début 16e s.) et le département des Manuscrits en possède un bel exemplaire du 18e-19e s. (Japonais 5343). L’œuvre illustre en une succession de quatre peintures figurant des banquets et des scènes de cuisine, un débat sur l’alimentation, derrière lequel se dissimule une dispute d’ordre religieux. Les spécialistes de l’alimentation se proposent de nous faire entrer dans les significations multiples de ces images : à la fois anthropologiques, littéraires, picturales et symboliques.

来る2010年6月18日(金曜日)の全日、パリ市セルニッシ美術館に於きまして、フランス国立図書館、日本研究センター(INALCO)、および、東アジア文明研究センター(CRCAO, UMR 8155)共催で、「酒飯論絵巻」研究会、研究発表会を開催いたしますので、お知らせいたします。この研究発表会は、2010-2012年の三年間にわたりますフランス国立図書館研究プランの一部をなし、『フランス国家所蔵品、フランス国立図書館写本部所蔵の、江戸時代における日本物語絵写本』研究プログラムの一環として企画されたものです。今回の発表会は、特に食風景の問題を採り上げ、一年間の共同研究作業の総まとめとなるものです。「酒飯論絵巻」は、室町時代(16世紀初頭)にさかのぼる一巻本の絵巻で、いくつかの模本が存在しますが、そのうちのひとつであります18世紀-19世紀に作製された模本(作品番号・日本5343)がフランス国立図書館写本部に収蔵されております。絵巻は、当時の宗教論争を影の主題としながら、酒宴の光景、厨房の風景、酒好き、飯好きの議論など、四段の絵から構成されています。この発表会では、日本研究者、食の研究専門家がそれぞれ、民俗学、文学、美術、および象徴学的見地から作品を論じ、この絵巻のもちます多様な表徴の世界に我々を案内します。

The Bibliothèque nationale de France, the Japanese studies Center (Inalco) and the Research Center on East Asian Civilizations organize together an International Workshop about the Illustrated Scroll of the Sake and the Rice debate (Shuhanron emaki). This Workshop will take place on the Friday 18th of June 2010, at the Cernuschi Museum (Paris). This workshop was created in the scope of the Research program entitled “Japanese manuscripts and narrative paintings of the Edo Period owned by the Manuscripts Department or the public collections in France”. This program is a part of the Research triennial program of at the BnF 2010-2012. This Workshop aims to present the results of this first year of collective research, focused on the Shuhanron emaki and the question of the representation of the food in the manuscript. The original manuscript of the Shuhanron emaki dates back to the 16th C., and the Manuscripts Department owns a beautiful copy (18th-19th C.). This scroll illustrates, with four succeeding paintings representing banquets and kitchen scenes, a debate about different types of food, behind which is hiding a religious dispute. The specialists of food imagery will propose us to examine the multiples significations of those representations, altogether anthropological, literary, pictorial and symbolic.

1) Matinée : 9h30-12h30

9h30 : Accueil

Mise en bouche

10h-10h30 : Estelle Leggeri-Bauer (Inalco), Véronique Béranger (BnF), « Les rouleaux Shuhanron emaki : original, copies postérieures, copie conservée à la BnF (Ms. Japonais 5343, XVIIIe-XIXe s.) et postérité iconographique »
10h30-10h45 : Claire-Akiko Brisset (U. Paris Diderot), « Le texte du Shuhanron emaki » (Contenu de l’intervention disponible en bas de page au format .pdf)
10h45-11h : pause

Premier service

11h-11h30 : Françoise SABBAN (EHESS), « Le Chajiulun, un débat sur le thé et le vin dans la Chine des Tang »
11h30-12h : Charlotte VON VERSCHUER (EPHE), « L’évolution du protocole du banquet formel du XIIe au XVIe siècle, selon Harada Nobuo »
12h-12h30 : Michel MAUCUER (musée Cernuschi), « Les manières de tables dans le Japon des XVIe-XVIIIe s. »
2) Après-midi : 14h-17h30

Second service

14h-14h45 : ITÔ Nobuhiro (U. Nagoya) : « Les aliments figurés dans le Shuhanron emaki » (en japonais)
14h45-15h30 : Jane COBBI (CNRS / FMSH), « Riz et saké : une approche anthropologique de la controverse du Shuhanron emaki »
15h30-15h45 : pause

Entremets

15h45-16h45 : Table ronde (Jane COBBI, ITÔ Nobuhiro, Michel MAUCUER, Charlotte VON VERSCHUER) : « Identification des aliments et des ustensiles représentés d’après l’exemplaire conservé à la BnF (Ms. Japonais 5343) »

Dessert

16h45-17h30 : Discussion générale

Dublin, 28-30 avril 2010 : compte-rendu de mission

Compte-rendu des observations faites au cours de la mission

Nous avons principalement concentré nos recherches sur deux œuvres : le Shuhanron emaki (« rouleau des mérites comparés du saké et du riz »), objet d’étude actuel de notre atelier dans sa version BnF, et le Ôeyama emaki (« rouleau d’Ôeyama »), une autre version du Shutendôji emaki (« rouleau du Jouvenceau Buveur ») de la BnF.

Avec l’aide précieuse d’autres membres de l’atelier ayant également fait le déplacement (Matthias Hayek et Claire-Akiko Brisset (U. Paris-Diderot/CRCAO) ; Estelle Leggeri-Bauer et Christophe Marquet (CEJ/INALCO)), nous avons pu dégager les observations suivantes :
 

  • Concernant le Shuhanron emaki :

Celui de la Chester Beatty Library est visuellement très proche de la version BNF, mais présente tout de même un certains nombres de particularités intéressantes.

– Il donne l’impression d’être plus ancien que celui de la BNF. Probablement a-t-il été réalisé au début de l’époque Edo.

– Contrairement à celui de la BNF qui ne possède aucune calligraphie, ce rouleau est complet : il comporte une alternance d’images et de texte.

– Le papier servant de fond au rouleau est entièrement recouvert d’or, les contours des figures sont également repassés d’or, et l’on trouve plusieurs occurrences de peinture argentée. La commande provenait donc probablement d’un riche client.

– Les couleurs y sont aussi plus contrastées, et beaucoup plus sombres, notamment dans le cas des noirs qui semblent avoir été colorés à la laque. Les bleus et verts foncés réalisés à base d’azurite et de malachite sont excessivement épais, d’apparence très granuleuse.

– En contrepartie, les visages des divers personnages sont nettement moins détaillés et expressifs que dans le manuscrit de la BNF.

– La plupart des motifs sur éventails, parois coulissantes ou cloisons, qui dans la version BNF étaient typiquement de style japonais yamato-e, sont ici remplacés par des dessins à l’encre (sumi-e) de style chinois. Une sobriété de motif, donc, qui contraste avec la richesse des pigments alentour.

– A plusieurs reprises, nous avons pu constaté que les scènes peintes étaient un peu plus longues que dans la version BNF.

– On note cependant de nombreuses erreurs de copie : des parois nouvellement crées, des plans horizontaux devenant verticaux, des aliments traités comme des objets … Ces observations, dans le cadre d’une étude comparée des différentes copies du Shuhanron emaki, sont particulièrement intéressantes.

En conclusion, cette comparaison nous a permis d’affiner la datation de l’exemplaire BNF, qui semble plutôt proche du XIXème siècle, et également de constater la très grande fidélité de cet exemplaire avec l’original conservé au Bunkachô, qui date du début du XVIème siècle.

  • Concernant le Ôeyama emaki :

– D’après les estimations des chercheurs japonais, cette copie daterait de l’époque Edo (XVIIème – moitié du XIXème siècle).

– Il s’agit cette fois encore d’une version complète : le texte est intact, et on compte bien trois rouleaux (contrairement à celui de la BNF, dont le premier rouleau comme le texte sont inexistants).

– Cette œuvre est elle aussi une copie de la version originelle réalisée par Kanô Motonobu entre 1522 et 1531, mais elle diffère grandement des autres copies, notamment celle de la BNF, par ses choix de représentations et son traitement graphique. La version de la BNF est beaucoup plus fidèle à son modèle.

– Les peintures sont dites de style Kanô dans le catalogue de la Chester Beatty Library, mais il n’y a aucun colophon susceptible d’affirmer cette théorie. Celui de la BNF possède lui un colophon, nommant clairement le peintre comme un membre de l’école Kanô.

– Les couleurs employées sont assez vives (bien que beaucoup moins agressives que dans les reproductions qui en sont faites dans l’ouvrage publié par Bensei), contrairement à celle du manuscrit BNF qui sont excessivement douces.

– En revanche, l’œuvre de la Chester Beatty Library offre de nombreuses scènes, inédites dans les autres illustrations de la légende, et qui présentent un intérêt anthropologique certain : par exemple, en section 1 de premier rouleau, nous pouvons observer une représentation du bien connu Abe no Seimei procédant à une divination à l’aide de bâtons ; plus loin, en section 3, c’est l’intérieur de la demeure de Minamoto no Yorimitsu qui nous est montrée, avec les écuries, les hommes préparant armes et armures …

– La représentation physique du démon Shutendôji lui-même est très particulière : il apparaît comme un homme d’une quarantaine d’année aux cheveux mi-longs blancs, chose tout à fait unique. D’ordinaire, il est représenté soit sous les traits d’un chigo (dans le Ôeyama ekotoba, manuscrits du XIIIème siècle) ou d’un homme d’âge mûr aux cheveux courts et noirs (dans le Shutendôji emaki de Kanô Motonobu et dans la version BNF).

 Pour finir, nous nous sommes très rapidement intéressés au Hyakki Yagyô zu, « illustrations du cortège nocturne des cent démons ». Par comparaison avec le manuscrit de la BNF nommé Pandémonium, tout d’abord, mais aussi pour observer les divers ustensiles de cuisine devenus démons qui y sont représentés. Il s’agit d’une œuvre très proche de la version BNF, mais qui se présente sous la forme d’une encyclopédie, avec le nom des créatures annoté à côté de chaque illustration.