Dublin, 28-30 avril 2010 : compte-rendu de mission

Compte-rendu des observations faites au cours de la mission

Nous avons principalement concentré nos recherches sur deux œuvres : le Shuhanron emaki (« rouleau des mérites comparés du saké et du riz »), objet d’étude actuel de notre atelier dans sa version BnF, et le Ôeyama emaki (« rouleau d’Ôeyama »), une autre version du Shutendôji emaki (« rouleau du Jouvenceau Buveur ») de la BnF.

Avec l’aide précieuse d’autres membres de l’atelier ayant également fait le déplacement (Matthias Hayek et Claire-Akiko Brisset (U. Paris-Diderot/CRCAO) ; Estelle Leggeri-Bauer et Christophe Marquet (CEJ/INALCO)), nous avons pu dégager les observations suivantes :
 

  • Concernant le Shuhanron emaki :

Celui de la Chester Beatty Library est visuellement très proche de la version BNF, mais présente tout de même un certains nombres de particularités intéressantes.

– Il donne l’impression d’être plus ancien que celui de la BNF. Probablement a-t-il été réalisé au début de l’époque Edo.

– Contrairement à celui de la BNF qui ne possède aucune calligraphie, ce rouleau est complet : il comporte une alternance d’images et de texte.

– Le papier servant de fond au rouleau est entièrement recouvert d’or, les contours des figures sont également repassés d’or, et l’on trouve plusieurs occurrences de peinture argentée. La commande provenait donc probablement d’un riche client.

– Les couleurs y sont aussi plus contrastées, et beaucoup plus sombres, notamment dans le cas des noirs qui semblent avoir été colorés à la laque. Les bleus et verts foncés réalisés à base d’azurite et de malachite sont excessivement épais, d’apparence très granuleuse.

– En contrepartie, les visages des divers personnages sont nettement moins détaillés et expressifs que dans le manuscrit de la BNF.

– La plupart des motifs sur éventails, parois coulissantes ou cloisons, qui dans la version BNF étaient typiquement de style japonais yamato-e, sont ici remplacés par des dessins à l’encre (sumi-e) de style chinois. Une sobriété de motif, donc, qui contraste avec la richesse des pigments alentour.

– A plusieurs reprises, nous avons pu constaté que les scènes peintes étaient un peu plus longues que dans la version BNF.

– On note cependant de nombreuses erreurs de copie : des parois nouvellement crées, des plans horizontaux devenant verticaux, des aliments traités comme des objets … Ces observations, dans le cadre d’une étude comparée des différentes copies du Shuhanron emaki, sont particulièrement intéressantes.

En conclusion, cette comparaison nous a permis d’affiner la datation de l’exemplaire BNF, qui semble plutôt proche du XIXème siècle, et également de constater la très grande fidélité de cet exemplaire avec l’original conservé au Bunkachô, qui date du début du XVIème siècle.

  • Concernant le Ôeyama emaki :

– D’après les estimations des chercheurs japonais, cette copie daterait de l’époque Edo (XVIIème – moitié du XIXème siècle).

– Il s’agit cette fois encore d’une version complète : le texte est intact, et on compte bien trois rouleaux (contrairement à celui de la BNF, dont le premier rouleau comme le texte sont inexistants).

– Cette œuvre est elle aussi une copie de la version originelle réalisée par Kanô Motonobu entre 1522 et 1531, mais elle diffère grandement des autres copies, notamment celle de la BNF, par ses choix de représentations et son traitement graphique. La version de la BNF est beaucoup plus fidèle à son modèle.

– Les peintures sont dites de style Kanô dans le catalogue de la Chester Beatty Library, mais il n’y a aucun colophon susceptible d’affirmer cette théorie. Celui de la BNF possède lui un colophon, nommant clairement le peintre comme un membre de l’école Kanô.

– Les couleurs employées sont assez vives (bien que beaucoup moins agressives que dans les reproductions qui en sont faites dans l’ouvrage publié par Bensei), contrairement à celle du manuscrit BNF qui sont excessivement douces.

– En revanche, l’œuvre de la Chester Beatty Library offre de nombreuses scènes, inédites dans les autres illustrations de la légende, et qui présentent un intérêt anthropologique certain : par exemple, en section 1 de premier rouleau, nous pouvons observer une représentation du bien connu Abe no Seimei procédant à une divination à l’aide de bâtons ; plus loin, en section 3, c’est l’intérieur de la demeure de Minamoto no Yorimitsu qui nous est montrée, avec les écuries, les hommes préparant armes et armures …

– La représentation physique du démon Shutendôji lui-même est très particulière : il apparaît comme un homme d’une quarantaine d’année aux cheveux mi-longs blancs, chose tout à fait unique. D’ordinaire, il est représenté soit sous les traits d’un chigo (dans le Ôeyama ekotoba, manuscrits du XIIIème siècle) ou d’un homme d’âge mûr aux cheveux courts et noirs (dans le Shutendôji emaki de Kanô Motonobu et dans la version BNF).

 Pour finir, nous nous sommes très rapidement intéressés au Hyakki Yagyô zu, « illustrations du cortège nocturne des cent démons ». Par comparaison avec le manuscrit de la BNF nommé Pandémonium, tout d’abord, mais aussi pour observer les divers ustensiles de cuisine devenus démons qui y sont représentés. Il s’agit d’une œuvre très proche de la version BNF, mais qui se présente sous la forme d’une encyclopédie, avec le nom des créatures annoté à côté de chaque illustration.