Soirée autour du saké (Louxor, 9 juin 2015)

Voir sur internet

18 h 30 – Conférence

Des Mérites comparés du saké et du riz au cinéma d’Ozu : goûts et couleurs dans la culture japonaise.
Conférence menée par Claire-Akiko Brisset, CrCAO et Jane Cobbi, ethnologue, autour de l’ouvrage « Des mérites comparés du saké et du riz illustré par un rouleau japonais du XVIIe siècle » Diane de Selliers, éditeur en coédition avec la Bibliothèque Nationale de France.

19h15 – Dégustation de saké au Salon

Menée par Sylvain Huet, Saké samurai, fondateur de « L’académie du saké », organisateur du « Salon du Saké 2015 » à Paris, auteur du blog Nihonshu.
En partenariat avec Foodex et Takara.

20h – Projection : LE GOÛT DU SAKÉ ( 秋刀魚の味 )

Présentation et débat animé par Fabienne Duszynski, enseignante à Lille 3 et membre du comité de rédaction de la revue Vertigo.

Festin de mots : émission « On ne parle pas la bouche pleine » (3 mai 2015, France-Culture)

Emission sur France Culture « On ne parle par la bouche pleine », d’Alain Kruger.

Dimanche 3 mai 2015, 12h.  Festin de mots : mérites du saké et du riz.

Invitée :
Claire-Akiko Brisset, maître de conférences HDR, université Paris Diderot, directrice de l’équipe Civilisation Japonaise, CRCAO, présidente du conseil scientifique de l’UFR LCAO (U. Paris Diderot)

Conférence « Saké et riz en représentation :autour du Rouleau illustré sur les mérites comparés du saké et du riz de la Bibliothèque nationale de France », 27 novembre 2011, MFJ (Tokyo)

Intéressant les historiens de l’art, de la littérature, les spécialistes du protocole, de l’alimentation ou encore de la société médiévale japonaise, Shuhanron emaki (Rouleau illustré sur les mérites comparés du saké et du riz) conservé à la BnF a fait l’objet d’un travail de recherche pluridisciplinaire à Paris, depuis 2009, dont cette table ronde se propose de rendre compte.

Programme

Les éditions Diane de Selliers au Salon du Livre 2015

Les éditions Diane de Selliers seront présentes au Salon du Livre 2015, qui se tiendra Porte de Versailles, du 20 au 23 mars. Les Editions Diane de Selliers ont coédité avec la Bibliothèque nationale de France les Mérites comparés du saké et du riz (dir. Estelle Leggeri-Bauer, avec la collaboration de Véronique Béranger et Claire-Akiko Brisset).

Le stand fera partie de l' »Art Square« , thématique développée par le Salon comme « point de rendez-vous de tous les passionnés d’art : bibliophiles et amateurs de livres d’artistes, experts ou curieux de peinture, sculpture, architecture et arts graphiques, admirateurs des belles façons et collectionneurs d’ouvrages rares, adorateurs de figures majeures de l’histoire des arts et dénicheurs des plus grands de demain. »

Pour des informations pratiques sur le Salon du Livre 2015, nous vous invitons à vous rendre sur le site officiel.

Des mérites comparés du saké et du riz : à la décou­verte de la gas­tro­no­mie japo­naise de l’époque médié­vale (10 mars 2015. MCJP)

Une conférence autour des aspects gastronomiques du Shuhanron se tiendra à la Maison de la Culture du Japon à Paris, le 12 mars prochain.

Suite à la parution de l’ouvrage aux éditions Diane de Selliers, Estelle Leggeri-Bauer (maître de confé­rence à l’Inalco, membre du Centre d’études japo­nai­ses), Jane Cobbi (eth­no­lo­gue, cher­cheur au CNRS, direc­teur du Programme Japon, Fondation Maison des scien­ces de l’homme, Paris) et Michel Maucuer (conser­va­teur en chef du patri­moine, musée Cernuschi) commenteront la confrontation des points de vue d’un noble amateur de saké, d’un moine gourmand de riz et d’un guerrier adepte de la modération. Ils nous feront plonger dans la société japonaise médiévale et découvrir banquets distingués, beuveries et préparations culinaires.

La conférence aura lieu au niveau -3 du 101 bis, quai Branly, 75015 Paris, de 18h30 à 20h30. Réservation conseillée au 01 44 37 95 95.

Pour plus de précisions, nous vous invitons à vous référer au site de la Maison de la Culture du Japon à Paris.

Couleurs, saveurs : la réalisation du rouleau des Mérites comparés du saké et du riz (10 mars 2015. INP)

Le Shuhanron emaki sera à nouveau mis à l’honneur dans le cadre des conférences “Trésors du patrimoine écrit“, issues d’une collaboration entre l’Institut national du Patrimoine et la BnF, le 10 mars prochain. Voir la vidéo de Connaissance des Arts.

Cette fois-ci, la conférence abordera la question de la réalisation matérielle du rouleau conservé par la Bibliothèque nationale de France (Japonais 5343), et ouvrira sur l’univers de l’atelier des peintres au Japon, les techniques picturales et la pratique de la copie. Une analyse minutieuse des pigments et du papier, la comparaison avec les autres manuscrits, l’étude des annotations portant sur les couleurs dans les modèles au trait livreront les secrets de fabrication de cette œuvre étonnante.

Le manuscrit sera déroulé et commenté devant le public, par Véronique Béranger (conservateur au département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France), Nathalie Buisson (ingénieur physico-chimiste, responsable du laboratoire du département de la Conservation, Bibliothèque nationale de France – site Richelieu), Françoise Cuisance (restauratrice au département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France), et Claire-Akiko Brisset (maître de conférences à l’université Paris-Diderot, directrice de l’équipe Civilisation japonaise, Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale).

La conférence aura lieu à l’Auditorium Colbert (2 rue Vivienne, 75002 Paris), de 18h15 à 20h.

Pour plus de précisions, nous vous invitons à vous référer au site de l’Institut national du Patrimoine.

La vidéo de la conférence « Trésors du patrimoine écrit » est en ligne

Le 15 mai dernier, le Shuhanron emaki était à l’honneur lors d’une conférence exclusive du cycle « Trésors du patrimoine écrit ». 
Si vous n’avez pu être présent, il est encore temps pour une session de rattrapage : une vidéo de la conférence est à présent disponible sur le site de l’Institut National du Patrimoine.

Voir la vidéo

 

« Trésors du patrimoine écrit » : le Shuhanron emaki

Dans le cadre des conférences « Trésors du patrimoine écrit« , issues d’une collaboration entre l’Institut national du Patrimoine et la BnF, le Shuhanron emaki sera mis à l’honneur le mardi 15 mai prochain. Estelle Leggeri-Bauer (CEJ/Inalco), Claire-Akiko Brisset (CRCAO/U. Paris-Diderot) et Véronique Béranger (BnF) présenteront le manuscrit original, qui sera déroulé et commenté devant le public : une occasion en or de découvrir ou redécouvrir cette oeuvre …

La conférence aura lieu à l’Auditorium Colbert (2 rue Vivienne, 75002 Paris), de 18h15 à 20h.

Pour plus de précisions, nous vous invitons à vous référer au site de l’Institut national du Patrimoine.

Annonce : journées d’étude – 3, 4 et 5 novembre 2011

 

Français

English

日本語 


Éloquence du texte
Images en dialogue 

Le Shuhanron emaki : genres littéraires et représentations dans le Japon médiéval

 Journées d’étude
3-5 novembre 2011

Télécharger le programme au format pdf : Programme-SHR-FR

Probablement créé au début du 16e siècle, le Rouleau sur les mérites comparés du saké et du riz (Shuhanron emaki) a connu une longue et riche postérité : une trentaine de copies réalisées entre les 16e et 19e siècle sont répertoriées et nombre de peintures de l’époque d’Edo contiennent des motifs qui en dérivent.

L’objet de ces journées d’études s’inscrit dans le prolongement des travaux entrepris par le groupe de recherche sur les Manuscrits japonais à peinture.

Par un retour au texte du rouleau, dans sa littéralité, on essayera de mieux en saisir la saveur. Par un travail sur le contexte littéraire de l’époque de Muromachi (15e-16e s.), on essayera de situer jeux de mots, énumérations et autres détournements des traditions classiques chinoise et japonaise.

L’examen des images mettra en regard peintures de l’époque de Muromachi, copies de l’époque d’Edo et sources chinoises. Ces rapprochements inédits visent à renouveler la topographie d’un univers visuel où se croisent et se rencontrent nobles ivres, moines goulus, vaillants guerriers et démons.

L’accès est libre, dans la limite des places disponible. Il est préférable de s’inscrire pour la journée du 5 novembre au musée Cernuschi.

Renseignements et inscription : shuhanron(at)gmail.com


Renseignements pratiques

Bibliothèque nationale de France

Salle des Commissions
5, rue Vivienne
75002 Paris

Salle de formation
61, rue Richelieu
75002 Paris

Métro : Ligne 3, station Bourse ; Lignes 1 et 7, station Palais-Royal ; Lignes 7 et 14, station Pyramides
Bus : Lignes 20, 29, 39, 67, 74, 85

Musée Cernuschi

7 avenue Vélasquez
75008 Paris
Tél: 01 53 96 21 50

Métro : Ligne 2, station Villiers ou Monceau ; Ligne 3, station Villiers
Bus : Lignes 30, 94 – stations Malesherbes / Courcelles ; Ligne 84 – station Ruysdaël /Parc Monceau.
Vélib: 75, rue de Monceau 8e

Journées d’étude internationales organisées par :
– la Bibliothèque nationale de France
– le Centre d’études japonaises (CEJ), Inalco
– le Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO, UMR 8155 : CNRS / EPHE / Université Paris Diderot / Collège de France)
avec le concours du musée Cernuschi et de la Fondation de France

*-*-*-*-*-*-*

Programme :

Jeudi 3 novembre 2011
Bibliothèque nationale de France

14h30
Salle des Commissions

« Le texte du Shuhanron emaki »
Atelier de travail collectif sur le texte conduit par Claire-Akiko Brisset (U. Paris-Diderot)

Avec la participation de :
– Terada Sumie (Inalco)
– Komine Kazuaki (U. Rikkyô, Tôkyô)
– Kim Moomkyong (U. Kyôto)
– Masuo Shin.ichirô (U. Tôkyô Seitoku)
– Itô Nobuhiro (U. Nagoya)
– Watanabe Takeshi (Connecticut College, Etats-Unis)

Langue de travail : japonais

17h30 : clôture

Vendredi 4 novembre
Bibliothèque nationale de France

9h30
Salle de formation

« Atelier étudiants »

9h45 : Antonin Ferré (Inalco) : « Polémique et parodie : les variantes textuelles du Shuhanron emaki » (en français)

10h45 : pause

11h : Delphine Mulard (Inalco / Ecole du Louvre) et Sophie Piauger (BnF / Inalco) : « Ogres et guerriers à l’époque de Muromachi, à travers trois emaki : le Shutendôji emaki, le Shakadô engi emaki et le Tsuna emaki » (en français

12h : déjeuner

14h30
Salle des Commissions

« Le Shuhanron emaki : texte et contexte »

14h30 : Kim Moomkyong (U. Kyôto) : « À propos de la littérature de disputation parodique en Asie orientale »

15h15 : Masuo Shin.ichirô (U. Tôkyô Seitoku) : « Le Shuhanron emaki et la culture classique : célébrations annuelles, littérature chinoise et poésie japonaise »

16h : pause

16h15 : Komine Kazuaki (U. Rikkyô, Tôkyô) : « La genèse du Shuhanron emaki et le Yama no kami emaki »

Langue de travail : japonais

17h30 : clôture

Samedi 5 novembre
Musée Cernuschi, Salle de conférences

9h15 : Accueil

« Images en dialogue »

 9h30 : Véronique Béranger (BnF) : « Le Shuhanron emaki et ses variations picturales : de la version du Bunkachô (1520) aux copies d’artistes et de collectionneurs de l’ère Meiji »

10h : Tsuchiya Maki (U. Gakushûin) : « Comment situer le Shuhanron emaki dans l’œuvre peint de Kanô Motonobu ? »
(en japonais avec interprétation)

12h30 : déjeuner

14h30 : Takagishi Akira (Tôkyô Institute of Technology) : « Le Shuhanron emaki dans les rouleaux illustrés de l’époque médiévale : entre héritage et renouvellement »
(en japonais avec interprétation)

16h00 : pause

16h15 : Estelle Leggeri-Bauer (U. Heidelberg) et Alice Bianchi (Inalco) : « Les figures humaines du Shuhanron emaki : fantaisies, caprices et variations sino-japonaises »

Participations à des colloques : année 2010-2011

  • Mars 2011 :

Résumé de la conférence de Véronique Béranger sur la mission à l’Université de Nagoya : présentation du projet Shuhanron emaki au colloque international réalisé avec le soutien dela Fondation du Japon « Les études japonaises ici et ailleurs », Université de Nagoya et Iwase bunko, 4-6 mars 2011.

 Véronique Béranger a présenté l’objectif général du programme « Manuscrits japonais à peintures », dans le cadre du plan triennal dela BnF: promouvoir l’étude et la connaissance des manuscrits illustrés japonais conservés dans les collections publiques françaises.

 Elle a insisté sur l’originalité de ce projet, qui réside dans son caractère collectif et pluridisciplinaire : plusieurs approches concurrentes sont en effet nécessaire pour rendre compte de la complexité de cette œuvre ; philologique, anthropologique, iconographique et stylistique. Les résultats des recherches dans les différents domaines ont été avancés, ainsi que plusieurs questions fondamentales restées en suspens : quelle serait la signification d’une telle accumulation de mets : une utopie de l’abondance, une vision réconciliée de la société ou une liste encyclopédique à visée didactique ?

S’en est issu un échange fructueux sur l’interprétation des différences entre les copies, leur importance pour déterminer la nomenclature des aliments dans la description documentaire du rouleau, la signification des liens entre les classes sociales représentées dans le rouleau et les sectes religieuses mentionnées dans le texte, la secte Tendai étant bien conçue comme une conciliation de l’Amidisme et de la secte du Lotus.

 

Résumé de la conférence d’Itô Nobuhiro, « Les rouleaux du Shuhanron emaki conservés hors du Japon : l’exemple du manuscrit de la Bibliothèque nationale de France », au colloque international réalisé avec le soutien de la Fondation du Japon « Les études japonaises ici et ailleurs », Université de Nagoya et Iwase bunko, 4-6 mars 2011.

Itô Nobuhiro a présenté le rouleau du Shuhanron emaki  en insistant sur sa valeur documentaire pour l’histoire de l’alimentation à l’époque de Muromachi.

Il a éclairé la création de cette œuvre par une explicitation du contexte historique de la fin des guerres civiles, a relié le texte du manuscrit, dont l’auteur reste inconnu, au genre des ronsômono (littérature mettant en scène deux adversaires dans une joute verbale).  

Il s’est penché tout particulièrement sur la scène du triage du riz,  et a tenté d’expliquer l’iconographie de cette scène dans le manuscrit de la BnF, notamment l’emploi des baguettes de grande longueur, par le type de riz utilisé ; il s’agirait selon lui en effet du taitômai, qui se trie après étuvage, alors qu’il a encore sa balle.

Il a ensuite abordé le travail d’identification des aliments, commencé en 2010, en se référant ici au texte même du manuscrit pour résoudre les problèmes.
 

  • Avril 2011 :

Compte-rendu de Claire-Akiko Brisset sur son intervention « Food Imagery and Parody in 16th Century Japan: About the Shuhanron Emaki (The Illustrated Scroll of the Sake and Rice Debate) », à l’AAS, ICAS Conference, Honolulu, du 31 mars au 3 avril 2011 :

Cette intervention a permis de faire connaître le travail engagé sur le Shuhanron auprès d’un public international et majoritairement anglophone. Elle a cherché à valoriser les grands axes thématiques de la recherche en insistant sur les points les plus susceptibles d’intéresser les spécialistes de l’histoire de l’alimentation.

Trois aspects importants ressortent de ce travail de synthèse, des discussions qui ont suivi le panel (commentaires de Jordan Sand) et des échanges lors de cette séance de l’atelier : 1) la question de la représentation de Kôhan dans le rouleau ; 2) le décalage apparent entre la configuration proposée par le texte (corps social / prédilection culinaire / affiliation religieuse) et ce qu’on peut aujourd’hui percevoir de la réalité de l’époque, ce qui conduit à travailler sur une certaine autonomie du texte et des images comme discours (synthèse en cours de rédaction) ; 3) l’opposition la plus nette ne se joue pas entre le saké et le riz, mais entre deux formes différentes d’excès (voie du saké, voie du riz) et la vertu de modération représentée par Nakanari.

Résumé de l’intervention disponible sur le site de l’AAS :

“Food Imagery and Parody in 16th Century Japan: About the Shuhanron Emaki (The Illustrated Scroll of the Sake and Rice Debate)”
Claire-Akiko Brisset, Universite Paris Diderot, France

Displaying four paintings depicting banquets and kitchen scenes, Shuhanron emaki illustrates a debate about different types of food, behind which may hide a religious dispute. Quite famous among specialists of Japanese food history and culture for its documentary value, this scroll most probably dates to the first half of the 16th century; but its anonymous text has not yet been much discussed and it raises hermeneutical issues.

Beyond the obvious food-centered theme, four main attempts of interpretation have been recently proposed for this work. Namiki Seishi contends that the scroll is a metaphoric transposition of the religious and social context of early 16th century Japan. Watanabe Takeshi examines the historical background and makes the assumption that the paintings actually deny the religious conflicts and the terrible economic climate of that time by depicting an idealized, wealthy and placated Muromachi society. Tokuda Kazuo emphasizes the parodic nature of the text; and Miyakoshi Naoto among others draws attention to the discrepancy between the content of the Shuhanron text and the illustrations.

My paper will focus on the text in its literary aspects and attempt to determine its discursive strategy from a typologic point of view in comparison to other Muromachi works, genres (ronsômono, tokumono, etc), and plausible Chinese models. This should shed new light on the problematic disjunction between a mainly parodic text (Tokuda), its utopian paintings (Watanabe), and on the food and banquet imagery as figured in the scroll.

Atelier paléographie : documents

Ci-dessous, les documents en rapport avec l’atelier paléographie :
– Images des oeuvres déchiffrées ;
Honkoku réalisés par les participants ;
– Photographies des sessions de travail ;
– Liste des oeuvres présentées à l’exposition du lundi 20 septembre au matin, dans la Salle Mazarin.

Attention : la plupart de ces fichiers sont cryptés et réservés aux participants de l’atelier.

Liste_des_oeuvres_exposées_(matinée_du_20_septembre)
Image_Fukutomi_no_sôshi_(BnF)
Images_Onna_Kasen-e_(BnF)
Photographies_atelier
Hyakki_yagyo-Spencer
Shaka no honji-spencer
Shaka no honji-bodmer
Kitano tenjin emaki-Guimet
Jûnirui-emaki-spencer
Onna kasen-e
Fukutomi-no-soshi-BnF

Atelier paléographie, 20-24 septembre 2010 : présentation

Atelier de paléographie japonaise :
à travers les rouleaux à peintures (emaki) et les livres manuscrits (Nara ehon…) :

20-24 Septembre, 2010, 10h / 17h

INHA. Galerie Colbert. Salle Fabri de Pereisc.
BNF. 5, rue Vivienne, 75002 Paris
Métro: Bourse, Pyramides, Palais royal

Langue de travail : japonais

Le département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, en association avec le Centre d’études japonaises (CEJ) de l’Inalco et le Centre de recherches sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO, UMR 8155), a organisé un atelier sur la paléographie japonaise (hentaigana et kuzushi-ji), principalement fondé sur des rouleaux illustrés des époques Muromachi et Edo. Cet atelier s’inscrit dans le programme du plan triennal de recherche de la BnF intitulé « Manuscrits à peintures narratives de l’époque d’Edo au département des Manuscrits et dans les collections publiques françaises ». L’organisation logistique et la prise en charge des frais ont été assurées grâce aux crédits à la recherche dont dispose ce programme. L’atelier a été animé par le professeur Komine Kazuaki de l’université Rikkyô (Tôkyô). Les séances de travail se sont déroulées du lundi 20 septembre au vendredi 24 septembre. Les matinées (10h-12h30) ont été consacrées à des exposés et des exercices proposés par le professeur Komine sur des documents fournis par lui-même, et les après-midi (14h-17h) ont permis aux participants de travailler sur leurs propres documents ou des documents des collections de la BnF, seuls ou en petits groupes, sous la direction du professeur Komine.

The Department of Manuscripts of the Bibliothèque nationale de France, together with the Centre d’études japonaises (CEJ / INALCO) and the Centre de recherches sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO, UMR 8155),has organized a workshop in Japanese paleography (hentaigana and kuzushiji), specifically focused on picture scrolls of various periods (particularly Muromachi and Edo). This workshop is part of a three year 2010-2012 Research Programm at the BnF, untitled « Narrative manuscripts of the Edo Period in the Department of Manuscripts and in the French public collections ». The organization of this workshop has been financed by this Research Programm. The workshop was led by Professor Komine Kazuaki from Rikkyô University (Tôkyô). Sessions were held Monday 20th September to Friday 24th. Mornings (10h-12h30) were devoted to presentations and exercices proposed by Professor Komine, on documents of his choice; in the afternoons (14h-17h), participants did paleographic readings of their own documents (or documents of the BnF), alone or in small groups, under the supervision of Professor Komine.

L’atelier s’est déroulé selon le programme ci-dessous :

Lundi 20 septembre :

Accueil 9h30 BnF (site Richelieu, entrée rue Vivienne)
10h-12h30 : présentation de manuscrits (chambre de Mazarin, dpt des Estampes)
14h-17h : cours de M. Komine Kazuaki (INHA : salle Fabri de Pereisc)

Mardi 21 :
INHA : salle Fabri de Pereisc

Matin : Cours de M. Komine Kazuaki
Déjeuner à la cantine de l’INHA
Après-midi : Exercices par petits groupes
18 h : spectacle de kyôgen (Maison du Japon, Cité universitaire internationale)

Mercredi 22 :
INHA : salle Fabri de Pereisc

Matin : Cours de M. Komine Kazuaki
Déjeuner à la cantine de l’INHA
Après-midi : Exercices par petits groupes

Jeudi 23 :
INHA : salle Fabri de Pereisc

Matin : Cours de M. Komine Kazuaki
Déjeuner à la cantine de l’INHA
Après-midi : Exercices par petits groupes
Dîner

Vendredi 24 :
INHA : salle Fabri de Pereisc

Matin : Cours de M. Komine Kazuaki
Déjeuner à la cantine de l’INHA
Après-midi : Exercices par petits groupes
Pot de clôture

Textes déchiffrés :

  • Onna kasen-e (manuscrit BnF Japonais 5341 ; 9 planches)
  • Jûnirui emaki (document fourni par le professeur Komine ; manuscrit de la Chester Beatty Library, Dublin)
  • Fukutomi no sôshi (manuscrit BnF Smith-Lesouëf japonais 134)
  • Kitano tenjin engi emaki (manuscrit musée Guimet)
  • Shaka no honji (documents fournis par le professeur Komine ; manuscrits de la Spencer Collection de la New York Public Library, et de la collection Bodmer à Genève)
  • Hyakki yagyô (document fourni par le professeur Komine ; manuscrit de la Spencer Collection de la New York Public Library)

Journée d’étude, 18 juin 2010 : résumés et documents

Compte-rendu des interventions :

(Attention : ne sont publiés que les résumés ayant été au préalable validés par les intervenants eux-mêmes.)

Cette journée d’étude a permis de clore et de faire connaître les résultats de la première année d’existence de l’atelier de recherche sur le Shuhanron emaki, lancé depuis octobre 2009 et financé par le plan triennal de la BnF 2010-2012. Son organisation est née de l’effort conjoint des institutions suivantes : BnF, Université Paris Diderot/CRCAO, Inalco/CeJ, Université de Nagoya, musée Cernuschi et Maison des Sciences de l’Homme.

o Seconde intervention : Claire-Akiko Brisset (Université Paris Diderot), « Le texte du Shuhanron emaki »
L’exposé de Mme Brisset s’est en premier lieu éloigné du domaine des illustrations pour se concentrer sur le texte calligraphié du Shuhanron emaki. En l’absence de texte de l’exemplaire BnF et devant la parenté évidente de ses peintures avec le Bunkachô, il a été décidé de se consacrer à l’étude du texte supposé proche, voire identique, au texte disparu : celui du manuscrit du Bunkachô. Ce manuscrit n’a jamais été retranscrit ni édité au Japon et le travail effectué permettra une édition critique, qui servira de base à la traduction. Dans ce texte, la disputation se présente d’une manière tout à fait singulière : à la différence d’autres œuvres présentant des points de vue opposés, elle ne se présente pas sous la forme d’un combat parodique, ni même d’un dialogue animé, mais juxtapose avec méthode des points de vue. En outre, lorsque dans un second temps on met en regard texte et images, on constate que ces dernières ne sont pas la simple illustration du récit. Elles forment un champ de significations à part entière, qui se développe en parallèle aux éléments fournis par le texte ; une seconde trame, en quelque sorte, qui s’intéresse beaucoup plus, elle, aux scènes culinaires de la vie quotidienne.
Le Powerpoint de cette présentation est téléchargeable en bas de page, au format .pdf.

o Quatrième intervention : Charlotte Von Verschuer (EPHE), « L’évolution du protocole du banquet formel du XIIe au XVIe siècle, selon Harada Nobuo »
Charlotte von Verschuer a présenté la typologie du banquet, selon Harada Nobuo, Nihon no shoku bunka, Hôsô daigaku kyôiku shinkôkai, 2004

Daikyô ryôri, grand banquet, noblesse de cour, X-XIIe siècle
Shôjin 精進 ryôri, repas maigre (végétarien), milieu du Zen, XIII-XIVe siècle
Honzen 本膳 ryôri, plateau principal, élite guerrière, XIV-XVIe siècle
Kaiseki 会席 ryôri, banquet avec thé chakai, guerriers, sengoku 1467-1568 Ônin à Oda N.
Kaiseki 懐石 ryôri, collation autour de la cérémonie du thé 茶の湯, Genroku (1688-1704)

Pour Mme Von Verschuer, le Shuhanron emaki présente un catalogue de différents types de banquets : celui des moines, le banquet arrosé, et enfin le repas guerrier. En effet, les banquets n’étaient pas les mêmes suivant la classe sociale de l’hôte et des participants : un repas dit honzen, par exemple, était typique de la classe guerrière ; c’est celui que l’on peut observer en section 4 du rouleau qui nous intéresse. Les repas avaient lieu en plusieurs services (au nombre parfois indéfini), et le service se faisait sur des tables individuelles, dont la nature différait suivant le rang social de l’invité : un sanbô (plateau sur socle ajouré sur trois côtés), par exemple, était réservé aux invités de marque. Ce protocole est complexe, et il faudra l’étudier de près lors des prochaines séances de l’atelier afin d’interpréter de façon fine cet aspect du rouleau. La nécessité d’un article sur le sujet est apparue comme évidente.

o Cinquième intervention : Michel Maucuer (musée Cernuschi), « Les manières de tables dans le Japon des XVIe-XVIIIe s. »
L’exposé de M. Maucuer faisait, en un sens, écho à celui de Mme Von Verschuer. Après le protocole du déroulement des banquets, il a montré que les manières de table, à l’époque du Shuhanron emaki, étaient elles aussi codifiées et complexes. Pour le service, par exemple, il fallait suivre des règles strictes et le moindre détail comptait – jusqu’à la position des mains et la hauteur à laquelle l’on tenait le plateau. Ces manières ont été retranscrites dans des ouvrages imprimés, notamment à l’usage des femmes, à l’époque d’Edo (1603-1867). Ils forment une banque de donnée extraordinairement complète qui, mise en parallèle avec le Shuhanron emaki, nous permettraient de porter un autre regard sur cette œuvre.

Documents rattachés :

plaquette_de_présentation
présentation_Claire-Akiko_Brisset_18-06

Journée d’étude, 18 juin 2010 : présentation

Journée d’étude
Riz ou saké : faut-il choisir ? Images de l’alimentation dans le Japon du XVIe s. : le Shuhanron emaki (Rouleau sur les mérites comparés du saké et du riz)

Vendredi 18 Juin 2010
9h30-17h30

 

La BnF, le Centre d’études japonaises (Inalco) et le Centre de recherche sur les Civilisations de l’Asie orientale (CRCAO, UMR 8155) ont conjointement organisé au Musée Cernuschi le vendredi 18 juin 2010 une journée d’étude consacrée au Rouleau sur les mérites comparés du saké et du riz (Shuhanron emaki). Cette journée a été organisée dans le cadre du programme « Manuscrits japonais à peintures narratives de l’époque d’Edo au département des Manuscrits de la BnF et dans les collections publiques françaises », inclus dans le plan triennal de la recherche de la BnF 2010-2012. Elle constitue l’aboutissement d’une année de recherche collective, centrée sur la question de la représentation des mets, des ustensiles culinaires et des manières de table dans le Shuhanron emaki. Le manuscrit original remonte à l’époque Muromachi (début 16e s.) et le département des Manuscrits en possède un bel exemplaire du 18e-19e s. (Japonais 5343). L’œuvre illustre en une succession de quatre peintures figurant des banquets et des scènes de cuisine, un débat sur l’alimentation, derrière lequel se dissimule une dispute d’ordre religieux. Les spécialistes de l’alimentation se proposent de nous faire entrer dans les significations multiples de ces images : à la fois anthropologiques, littéraires, picturales et symboliques.

来る2010年6月18日(金曜日)の全日、パリ市セルニッシ美術館に於きまして、フランス国立図書館、日本研究センター(INALCO)、および、東アジア文明研究センター(CRCAO, UMR 8155)共催で、「酒飯論絵巻」研究会、研究発表会を開催いたしますので、お知らせいたします。この研究発表会は、2010-2012年の三年間にわたりますフランス国立図書館研究プランの一部をなし、『フランス国家所蔵品、フランス国立図書館写本部所蔵の、江戸時代における日本物語絵写本』研究プログラムの一環として企画されたものです。今回の発表会は、特に食風景の問題を採り上げ、一年間の共同研究作業の総まとめとなるものです。「酒飯論絵巻」は、室町時代(16世紀初頭)にさかのぼる一巻本の絵巻で、いくつかの模本が存在しますが、そのうちのひとつであります18世紀-19世紀に作製された模本(作品番号・日本5343)がフランス国立図書館写本部に収蔵されております。絵巻は、当時の宗教論争を影の主題としながら、酒宴の光景、厨房の風景、酒好き、飯好きの議論など、四段の絵から構成されています。この発表会では、日本研究者、食の研究専門家がそれぞれ、民俗学、文学、美術、および象徴学的見地から作品を論じ、この絵巻のもちます多様な表徴の世界に我々を案内します。

The Bibliothèque nationale de France, the Japanese studies Center (Inalco) and the Research Center on East Asian Civilizations organize together an International Workshop about the Illustrated Scroll of the Sake and the Rice debate (Shuhanron emaki). This Workshop will take place on the Friday 18th of June 2010, at the Cernuschi Museum (Paris). This workshop was created in the scope of the Research program entitled “Japanese manuscripts and narrative paintings of the Edo Period owned by the Manuscripts Department or the public collections in France”. This program is a part of the Research triennial program of at the BnF 2010-2012. This Workshop aims to present the results of this first year of collective research, focused on the Shuhanron emaki and the question of the representation of the food in the manuscript. The original manuscript of the Shuhanron emaki dates back to the 16th C., and the Manuscripts Department owns a beautiful copy (18th-19th C.). This scroll illustrates, with four succeeding paintings representing banquets and kitchen scenes, a debate about different types of food, behind which is hiding a religious dispute. The specialists of food imagery will propose us to examine the multiples significations of those representations, altogether anthropological, literary, pictorial and symbolic.

1) Matinée : 9h30-12h30

9h30 : Accueil

Mise en bouche

10h-10h30 : Estelle Leggeri-Bauer (Inalco), Véronique Béranger (BnF), « Les rouleaux Shuhanron emaki : original, copies postérieures, copie conservée à la BnF (Ms. Japonais 5343, XVIIIe-XIXe s.) et postérité iconographique »
10h30-10h45 : Claire-Akiko Brisset (U. Paris Diderot), « Le texte du Shuhanron emaki » (Contenu de l’intervention disponible en bas de page au format .pdf)
10h45-11h : pause

Premier service

11h-11h30 : Françoise SABBAN (EHESS), « Le Chajiulun, un débat sur le thé et le vin dans la Chine des Tang »
11h30-12h : Charlotte VON VERSCHUER (EPHE), « L’évolution du protocole du banquet formel du XIIe au XVIe siècle, selon Harada Nobuo »
12h-12h30 : Michel MAUCUER (musée Cernuschi), « Les manières de tables dans le Japon des XVIe-XVIIIe s. »
2) Après-midi : 14h-17h30

Second service

14h-14h45 : ITÔ Nobuhiro (U. Nagoya) : « Les aliments figurés dans le Shuhanron emaki » (en japonais)
14h45-15h30 : Jane COBBI (CNRS / FMSH), « Riz et saké : une approche anthropologique de la controverse du Shuhanron emaki »
15h30-15h45 : pause

Entremets

15h45-16h45 : Table ronde (Jane COBBI, ITÔ Nobuhiro, Michel MAUCUER, Charlotte VON VERSCHUER) : « Identification des aliments et des ustensiles représentés d’après l’exemplaire conservé à la BnF (Ms. Japonais 5343) »

Dessert

16h45-17h30 : Discussion générale