Agenda : Atelier Shuhanron, dernière séance

Le séminaire Shuhanron, actif depuis 2010, touche à présent à sa fin.

Une ultime séance aura lieu ce mardi 25 septembre de 14h30 à 17h30, au Collège de France (52 rue du Cardinal Lemoine, Paris 5e), en salle Massignon (Rez-de chaussé).

Au programme :
– Sophie Piauger : Les liens iconographiques entre le Shinnyodô engi emaki et le Shuhanron emaki
– Julien Faury : la rhétorique du débat tripartite et le Shuhanron

Pour ceux qui le souhaitent, nous partagerons ensuite un verre dans un café du quartier pour célébrer la clôture du séminaire.

Atelier mensuel 2011-2012 : compte-rendu des séances

 8e séance : vendredi 25 mai 2012

 Les ustensiles du Shuhanron emaki (M. Maucuer) : M. Maucuer a montré que la structure tripartite (deux personnages incarnant des opposés et un troisième prônant le juste milieu ou la conciliation des extrêmes) du Shuhanron apparaît également à travers les ustensiles représentés dans chaque scène.Lors du banquet de saké chez Nagamochi, les matériaux utilisés dénotent une grande solennité. Les plateaux sont en bois naturel, les coupes sont des kawarake (vaisselle d’argile non émaillée), c’est-à-dire des ustensiles le plus souvent associés aux offrandes rituelles, et synonymes de pureté. Les objets chinois sont peu nombreux et réservés à la décoration de la salle de réception.Chez Kôhan, les ustensiles représentés sont bien plus usuels. Les plateaux sanbô sont en bois vieilli pour les deux moines et seulement en bois naturel pour le chigo (fait qui pourrait peut-être s’expliquer par le fait que la secte Hokke mettait à l’honneur l’enseignement, d’où une vénération de l’élève ?). Il y a beaucoup de céladons et de céramiques chinoises en « bleu et blanc » dans la cuisine. Certains objets, comme la planche en laque naga-ita dans la salle de préparation du thé, sont bien trop luxueux dans ce contexte.Enfin, chez Nakanari, on associe la solennité avec une certaine décontraction. Les objets chinois sont nombreux et servent à la fois au service et à la décoration. La scène présente un mélange de céramiques, bois laqués, etc., parmi les plus beaux de l’époque Muromachi, et reflèterait les dernières innovations en matière de protocole de réception.

Le Taiheiki emaki et le Shuhanron emaki (D. Mulard) : D. Mulard s’est proposé de rechercher les similitudes visuelles entre le Taiheiki emaki, ensemble de rouleaux datant du 17e siècle, et le Shuhanron. Plusieurs scènes du Taiheiki ont en effet été directement inspirées de ce dernier. Un banquet arrosé, par exemple, présente les mêmes personnages que la scène de Nagamochi (convives, personnages dansants, musiciens, homme ivre soutenu par deux accompagnateurs…) ; ici, seule la disposition des plats a été changée, et les serviteurs masculins ont tous été remplacés par des femmes. Un peu plus loin, l’attitude de l’homme à demi étendu sur la véranda a été repris, mais le vomissement est remplacé par un saignement de nez, ce qui a entraîné d’autres modifications de détails: son vêtement n’est pas désordonné, et le chien attiré par les déjections a disparu. On retrouve également des groupes de personnages en attente devant la porte d’entrée d’une résidence, un motif qui n’est pas sans rappeler la section 1 du Shuhanron. Ces observations nous confirment que le Shuhanron emaki constituait une source importante pour représenter les scènes de banquet à l’époque d’Edo.

7e séance : vendredi 13 avril 2012

 Examen du Shuhanron emaki du pont de vue de l’alimentation : reprise des tableaux établis par le groupe alimentation avec Jane Cobbi.

  Commentaires sur les calligraphies des copies du Shuhanron emaki (P.-H. Bleu) : Cette étude s’est concentrée sur les textes des manuscrits illustrés du Bunkachô et de la Spencer Collection et sur ceux qui accompagnent les esquisses (funpon) du Chadô Shiryôkan et du Tôkyô kokuritsu bunkazai kenkyûjo. P.-H. Bleu a pu montrer par une comparaison très fine et très fouillée que chaque calligraphie avait sa propre singularité. Le texte du Bunkachô, par exemple, est tracé tout en rondeur, avec de grandes variations dans l’épaisseur du trait d’encre – et ce parfois dans un même caractère. De même, chaque fin de tracé, située le plus souvent après une particule, s’accompagne d’un léger sursaut en crochet. Les colonnes sont parfaitement alignées, avec des caractères très serrés et qui s’enchaînent très peu (séquence de 2 ou 3 caractères). Le calligraphe a mis un point d’honneur à bien occuper l’espace à sa disposition. Dans le manuscrit de la Spencer Collection, le tracé est beaucoup plus fin et bien plus anguleux. Les enchaînements de caractères sont longs, parfois même forcés, et l’on peut nettement voir l’épuisement de l’encre au fil de l’écriture. Le calligraphe utilise également bien plus de kanji.Sur le manuscrit du Tôkyô kokuritsu bunkazai kenkyûjo, au contraire, les caractères sont très isolés les uns des autres. Le calligraphe mélange plusieurs styles sans réelle logique : ainsi, les kana peuvent être tantôt très lisibles, tantôt si cursifs qu’ils ressemblent bien plus au kanji duquel ils sont issus. En conclusion, on peut constater des différences significatives d’un point de vue calligraphique, mais une étude plus approfondie est nécessaire pour interpréter ces différences touchant le style, le choix dans l’équilibre ou le ratio entre kanji et kana, etc. entre les manuscrits peints et les esquisses. Ce point est décisif concernant le rapport entre texte et image dans ces deux ensembles (primauté du texte sur l’image ou l’inverse).

Agenda : atelier Shuhanron, séance(s) de mai

Nous vous donnons rendez-vous pour une nouvelle séance plénière de l’atelier Shuhanron le vendredi 25 mai, de 14h à 17h, en Salle des Commissions (BnF, 5 rue Vivienne).

Au programme de ce jour, plusieurs exposés :

– Michel Maucuer : les ustensiles dans le Shuhanron emaki ;
– Julien Faury : le genre de la disputation et le Shuhanron emaki ;
– Delphine Mulard : les peintures du Taiheiki emaki (Période d’Edo) et le Shuhanron emaki.

Par aileurs, nous vous informons qu’une nouvelle réunion du groupe texte aura également lieu ce mois-ci : le lundi 21 mai, au Collège de France (52, rue du Cardinal Lemoine), de 13h à 16h.

Agenda : atelier Shuhanron, séance d’avril

En ce mois d’avril, notre habituelle séance plénière de l’atelier Shuhanron aura lieu le vendredi 13. Elle se tiendra en Salle des Commissions, site Richelieu de la BnF (5 rue Vivienne, 75002 Paris), de 14h à 17h.

Au programme :

– Exposé de Paul-Henri Bleu : commentaire sur les calligraphies des copies du Shuhanron emaki ;

– Examen du rouleau du point de vue de l’identification des aliments, avec Jane Cobbi.

Agenda : atelier Shuhanron, séance de mars

Ce mois-ci, la séance mensuelle de l’atelier de recherche aura lieu ce vendredi 16 mars, de 14h à 17h, en Salle des Commissions.

Dans la perspective de la publication, cette séance sera consacrée à la comparaison entre le texte et les images à la lumière des données rassemblées ces deux dernières années. Elle permettra aussi d’identifier les aspects restant à examiner avant la dernière ligne droite.

Il s’agira en premier lieu de procéder à une comparaison d’ordre général du texte de la version du Bunkachô avec les peintures de la version de la BnF (les grandes lignes de la composition, les orientations du discours). En second lieu, on fera une comparaison fine des termes apparaissant dans le texte afin de vérifier s’ils apparaissent ou non dans les images.

On tiendra également compte d’exemples de scènes apparaissant dans des emaki de l’époque de Muromachi.