Participations à des colloques : année 2010-2011

  • Mars 2011 :

Résumé de la conférence de Véronique Béranger sur la mission à l’Université de Nagoya : présentation du projet Shuhanron emaki au colloque international réalisé avec le soutien dela Fondation du Japon « Les études japonaises ici et ailleurs », Université de Nagoya et Iwase bunko, 4-6 mars 2011.

 Véronique Béranger a présenté l’objectif général du programme « Manuscrits japonais à peintures », dans le cadre du plan triennal dela BnF: promouvoir l’étude et la connaissance des manuscrits illustrés japonais conservés dans les collections publiques françaises.

 Elle a insisté sur l’originalité de ce projet, qui réside dans son caractère collectif et pluridisciplinaire : plusieurs approches concurrentes sont en effet nécessaire pour rendre compte de la complexité de cette œuvre ; philologique, anthropologique, iconographique et stylistique. Les résultats des recherches dans les différents domaines ont été avancés, ainsi que plusieurs questions fondamentales restées en suspens : quelle serait la signification d’une telle accumulation de mets : une utopie de l’abondance, une vision réconciliée de la société ou une liste encyclopédique à visée didactique ?

S’en est issu un échange fructueux sur l’interprétation des différences entre les copies, leur importance pour déterminer la nomenclature des aliments dans la description documentaire du rouleau, la signification des liens entre les classes sociales représentées dans le rouleau et les sectes religieuses mentionnées dans le texte, la secte Tendai étant bien conçue comme une conciliation de l’Amidisme et de la secte du Lotus.

 

Résumé de la conférence d’Itô Nobuhiro, « Les rouleaux du Shuhanron emaki conservés hors du Japon : l’exemple du manuscrit de la Bibliothèque nationale de France », au colloque international réalisé avec le soutien de la Fondation du Japon « Les études japonaises ici et ailleurs », Université de Nagoya et Iwase bunko, 4-6 mars 2011.

Itô Nobuhiro a présenté le rouleau du Shuhanron emaki  en insistant sur sa valeur documentaire pour l’histoire de l’alimentation à l’époque de Muromachi.

Il a éclairé la création de cette œuvre par une explicitation du contexte historique de la fin des guerres civiles, a relié le texte du manuscrit, dont l’auteur reste inconnu, au genre des ronsômono (littérature mettant en scène deux adversaires dans une joute verbale).  

Il s’est penché tout particulièrement sur la scène du triage du riz,  et a tenté d’expliquer l’iconographie de cette scène dans le manuscrit de la BnF, notamment l’emploi des baguettes de grande longueur, par le type de riz utilisé ; il s’agirait selon lui en effet du taitômai, qui se trie après étuvage, alors qu’il a encore sa balle.

Il a ensuite abordé le travail d’identification des aliments, commencé en 2010, en se référant ici au texte même du manuscrit pour résoudre les problèmes.
 

  • Avril 2011 :

Compte-rendu de Claire-Akiko Brisset sur son intervention « Food Imagery and Parody in 16th Century Japan: About the Shuhanron Emaki (The Illustrated Scroll of the Sake and Rice Debate) », à l’AAS, ICAS Conference, Honolulu, du 31 mars au 3 avril 2011 :

Cette intervention a permis de faire connaître le travail engagé sur le Shuhanron auprès d’un public international et majoritairement anglophone. Elle a cherché à valoriser les grands axes thématiques de la recherche en insistant sur les points les plus susceptibles d’intéresser les spécialistes de l’histoire de l’alimentation.

Trois aspects importants ressortent de ce travail de synthèse, des discussions qui ont suivi le panel (commentaires de Jordan Sand) et des échanges lors de cette séance de l’atelier : 1) la question de la représentation de Kôhan dans le rouleau ; 2) le décalage apparent entre la configuration proposée par le texte (corps social / prédilection culinaire / affiliation religieuse) et ce qu’on peut aujourd’hui percevoir de la réalité de l’époque, ce qui conduit à travailler sur une certaine autonomie du texte et des images comme discours (synthèse en cours de rédaction) ; 3) l’opposition la plus nette ne se joue pas entre le saké et le riz, mais entre deux formes différentes d’excès (voie du saké, voie du riz) et la vertu de modération représentée par Nakanari.

Résumé de l’intervention disponible sur le site de l’AAS :

“Food Imagery and Parody in 16th Century Japan: About the Shuhanron Emaki (The Illustrated Scroll of the Sake and Rice Debate)”
Claire-Akiko Brisset, Universite Paris Diderot, France

Displaying four paintings depicting banquets and kitchen scenes, Shuhanron emaki illustrates a debate about different types of food, behind which may hide a religious dispute. Quite famous among specialists of Japanese food history and culture for its documentary value, this scroll most probably dates to the first half of the 16th century; but its anonymous text has not yet been much discussed and it raises hermeneutical issues.

Beyond the obvious food-centered theme, four main attempts of interpretation have been recently proposed for this work. Namiki Seishi contends that the scroll is a metaphoric transposition of the religious and social context of early 16th century Japan. Watanabe Takeshi examines the historical background and makes the assumption that the paintings actually deny the religious conflicts and the terrible economic climate of that time by depicting an idealized, wealthy and placated Muromachi society. Tokuda Kazuo emphasizes the parodic nature of the text; and Miyakoshi Naoto among others draws attention to the discrepancy between the content of the Shuhanron text and the illustrations.

My paper will focus on the text in its literary aspects and attempt to determine its discursive strategy from a typologic point of view in comparison to other Muromachi works, genres (ronsômono, tokumono, etc), and plausible Chinese models. This should shed new light on the problematic disjunction between a mainly parodic text (Tokuda), its utopian paintings (Watanabe), and on the food and banquet imagery as figured in the scroll.