Journée d’étude, 18 juin 2010 : résumés et documents

Compte-rendu des interventions :

(Attention : ne sont publiés que les résumés ayant été au préalable validés par les intervenants eux-mêmes.)

Cette journée d’étude a permis de clore et de faire connaître les résultats de la première année d’existence de l’atelier de recherche sur le Shuhanron emaki, lancé depuis octobre 2009 et financé par le plan triennal de la BnF 2010-2012. Son organisation est née de l’effort conjoint des institutions suivantes : BnF, Université Paris Diderot/CRCAO, Inalco/CeJ, Université de Nagoya, musée Cernuschi et Maison des Sciences de l’Homme.

o Seconde intervention : Claire-Akiko Brisset (Université Paris Diderot), « Le texte du Shuhanron emaki »
L’exposé de Mme Brisset s’est en premier lieu éloigné du domaine des illustrations pour se concentrer sur le texte calligraphié du Shuhanron emaki. En l’absence de texte de l’exemplaire BnF et devant la parenté évidente de ses peintures avec le Bunkachô, il a été décidé de se consacrer à l’étude du texte supposé proche, voire identique, au texte disparu : celui du manuscrit du Bunkachô. Ce manuscrit n’a jamais été retranscrit ni édité au Japon et le travail effectué permettra une édition critique, qui servira de base à la traduction. Dans ce texte, la disputation se présente d’une manière tout à fait singulière : à la différence d’autres œuvres présentant des points de vue opposés, elle ne se présente pas sous la forme d’un combat parodique, ni même d’un dialogue animé, mais juxtapose avec méthode des points de vue. En outre, lorsque dans un second temps on met en regard texte et images, on constate que ces dernières ne sont pas la simple illustration du récit. Elles forment un champ de significations à part entière, qui se développe en parallèle aux éléments fournis par le texte ; une seconde trame, en quelque sorte, qui s’intéresse beaucoup plus, elle, aux scènes culinaires de la vie quotidienne.
Le Powerpoint de cette présentation est téléchargeable en bas de page, au format .pdf.

o Quatrième intervention : Charlotte Von Verschuer (EPHE), « L’évolution du protocole du banquet formel du XIIe au XVIe siècle, selon Harada Nobuo »
Charlotte von Verschuer a présenté la typologie du banquet, selon Harada Nobuo, Nihon no shoku bunka, Hôsô daigaku kyôiku shinkôkai, 2004

Daikyô ryôri, grand banquet, noblesse de cour, X-XIIe siècle
Shôjin 精進 ryôri, repas maigre (végétarien), milieu du Zen, XIII-XIVe siècle
Honzen 本膳 ryôri, plateau principal, élite guerrière, XIV-XVIe siècle
Kaiseki 会席 ryôri, banquet avec thé chakai, guerriers, sengoku 1467-1568 Ônin à Oda N.
Kaiseki 懐石 ryôri, collation autour de la cérémonie du thé 茶の湯, Genroku (1688-1704)

Pour Mme Von Verschuer, le Shuhanron emaki présente un catalogue de différents types de banquets : celui des moines, le banquet arrosé, et enfin le repas guerrier. En effet, les banquets n’étaient pas les mêmes suivant la classe sociale de l’hôte et des participants : un repas dit honzen, par exemple, était typique de la classe guerrière ; c’est celui que l’on peut observer en section 4 du rouleau qui nous intéresse. Les repas avaient lieu en plusieurs services (au nombre parfois indéfini), et le service se faisait sur des tables individuelles, dont la nature différait suivant le rang social de l’invité : un sanbô (plateau sur socle ajouré sur trois côtés), par exemple, était réservé aux invités de marque. Ce protocole est complexe, et il faudra l’étudier de près lors des prochaines séances de l’atelier afin d’interpréter de façon fine cet aspect du rouleau. La nécessité d’un article sur le sujet est apparue comme évidente.

o Cinquième intervention : Michel Maucuer (musée Cernuschi), « Les manières de tables dans le Japon des XVIe-XVIIIe s. »
L’exposé de M. Maucuer faisait, en un sens, écho à celui de Mme Von Verschuer. Après le protocole du déroulement des banquets, il a montré que les manières de table, à l’époque du Shuhanron emaki, étaient elles aussi codifiées et complexes. Pour le service, par exemple, il fallait suivre des règles strictes et le moindre détail comptait – jusqu’à la position des mains et la hauteur à laquelle l’on tenait le plateau. Ces manières ont été retranscrites dans des ouvrages imprimés, notamment à l’usage des femmes, à l’époque d’Edo (1603-1867). Ils forment une banque de donnée extraordinairement complète qui, mise en parallèle avec le Shuhanron emaki, nous permettraient de porter un autre regard sur cette œuvre.

Documents rattachés :

plaquette_de_présentation
présentation_Claire-Akiko_Brisset_18-06


Laisser un commentaire