Atelier mensuel 2010-2011 : compte-rendu des séances

   
  • 5ème séance : vendredi 18 février 2011

Le texte du Shuhanron emaki et le genre des ronsô-mono (C-A. Brisset) : Claire-Akiko Brisset a tenté de replacer le texte du Shuhanron dans toute une nébuleuse de textes d’origine chinoise, figurant un débat entre plusieurs éléments personnifiés, notamment le thé, le vin et l’eau ; ce genre correspond aux irui ronsômono 異類論争物au Japon.
Le texte du Shuhanron apparaît comme tout à fait atypique à l’intérieur de cette nébuleuse de textes. Il se compose d’une introduction, puis de trois discours prononcés par chacun des protagonistes : Nagamochi pour défendre le saké, Kôhan pour critiquer les grands buveurs et prôner l’alimentation à base de riz, et Nakanari pour prôner la voie du milieu, la modération en toute chose. Il est écrit en wabun, dans une prose rythmée avec des alternances 575.
Le texte n’est pas narratif ; les trois discours sont juxtaposés, sans dialogue entre les personnages. Ce caractère est propre au texte du Shuhanron et ne se retrouve que dans le Sangô shiiki de Kûkai ; il se distingue à la fois des textes dialogiques d’origine chinoise, comme le Chajiulun, et des batailles parodiques (異類合戦物) japonaises (Shubeiron 酒餅論 ou Shubei Taiheiki 酒餅太平記, Jûnirui emaki 十二類絵巻).
La classe sociale, et l’appartenance religieuse de chaque personnage, mentionnée dans un poème en fin de discours, font également de ce texte un texte unique, à relier au contexte historico religieux de la suite des guerres d’Ônin à Kyôto. Le point de vue de Nakanari ferait entendre le point de vue apaisé d’un auteur – d’obédience Tendai – en une période de l’histoire en proie aux conflits.
Claire-Akiko Brisset interviendra en détail sur le sujet à Hawaii au symposium de l’Association for Asian Studies et de l’International Convention of Asian Scholars en avril 2011.
(Le Powerpoint de l’intervention est téléchargeable au format .pdf : ici)

– Reprise de traduction de la section 3-2, lignes 110 à 117 (J. Miura)

 

    • 4ème séance : vendredi 21 janvier 2011

– Présentation du travail effectué jusqu’à ce jour par le groupe texte. Le honkoku du texte est à présent intégralement effectué à partir du manuscrit du Bunkachô. Un shakubun a également été établi pour les sections 1 et 2 au complet. Pour certains passages, la traduction a été remaniée en conséquence.
– Retour sur la traduction de la section 3-2.
– Analyse et traduction des termes liés à la musique, à la danse et au chant dans la section 2 (V. Brindeau) : il est apparu que cette liste présentait un large éventail de genres différents, anciens ou contemporains à l’époque de réalisation de l’œuvre.
– Présentation du projet d’un séjour d’étude de manuscrits au Japon, prévu pour juillet 2011. Le séjour durerait 6 jours au minimum, et porterait en priorité sur les documents suivants:
                    – Shuhanron emaki du Bunkachô ;
                    – Shuhanron emaki de Seikadô bunko ;
                    – Shuhanron emaki de la Kokkai kokuritsu toshokan ;
                    – Shuhanron emaki du Chadô shiryôkan à Kyôto ;
                    – Shutendôji emaki du musée Suntory ;
Sont prévues également une journée d’étude préparatoire en vue de l’organisation du workshop d’octobre 2011 avec le professeur Komine Kazuaki (U. Rikkyô) et son équipe, ainsi qu’une visite de la collection de Nara ehon du professeur Ishikawa Tôru (U. Keiô).